MAREY- 62 tion ; ce même caractère s observe dans les tracés d’un tétanos musculaire produit par ce poison. — L’application du froid diminue la fréquence des flux dans la décharge volontaire ou strychnique d une Torpille ; sur une Grenouille strychnisée. le frôid diminue pareillement la fréquence des secousses dans la décharge tétanique des muscles. Toutes les analogies que Ton constate entre les phénomènes électriques et musculaires ont pour conséquence que ces deux fonctions sont homologues et peuvent s’éclairer l’une pari autre : ainsi, du moment où l’on peut démontrer qu’une décharge volontaire de Torpille est composée de flux multi¬ ples, les présomptions deviennent très-fortes en faveur de la complexité de la contraction musculaire. Je dois rtemercier M. Hugo Eisig, directeur-adjoint de la station zoologique de Naples, de l’obligeance avec laquelle il a mis à ma disposition les Torpilles de son aquarium lorsque la saison avancée m’empêchait de m’en procurer à la mer.