DÉCHARGE ÉLECTRIQUE DE LA TORPILLE. 64 pille, de même qu’une secousse musculaire retarde sur le moment de l’excitation du nerf qui l’a provoqué. Ce retard (période d’excitation latente) est de part et d’autre de 0,01 de seconde environ. La durée d’un flux de Torpille, mesurée par la méthode de Guillemin, au moyen d’une grenouille-signal, est sensiblement la même que celle d’une secousse musculaire de Grenouille ; les phases sont semblables dans ces deux phénomènes, c’est- à-dire qu’il y a, de part et d’autre, une période d’accroisse¬ ment d’intensité brusque et une période de décroissance lente. De l’inégalité des deux phases du flux résulte ce phéno¬ mène singulier que chaque flux de la Torpille ne provoque dans une bobine secondaire qu’un seul courant induit, cou¬ rant qili coïncide avec le début du flux, c’est-à-dire avec la phase de variation brusque ; la phase de décroissance lente n’a pas d’effet inducteur sensible. L’addition des flux successifs d’une décharge de Torpille tient, à ce que la durée de chacun des flux excède beaucoup celle des intervalles qui les séparent les uns des autres. Plus les flux seront fréquents, plus leur addition sera complète, et plus sera grande l’intensité de la décharge résultante. C’est encore ainsi que les choses se passent dans un tétanos mus¬ culaire dont l’intensité croît avec la fréquence des secousses dont il est formé. L’électromètre de Lippmann montre que les flux de la dé¬ charge sont tous de même sens, et fait assister au phénomène de l’addition dont le signal électrique de M. Deprez avait déjà donné une preuve indirecte. Les conditions physiologiques qui influent sur les phéno¬ mènes musculaires ont des effets analogues sur la décharge électrique. — La fatigue affaiblit l’intensité de la décharge et en diminue la durée; le repos lui rend l’énergie. —Le froid affaiblit et éteint les propriétés de l'appareil électrique ; la chaleur réveille ces propriétés. — La strychnine donne naissance à une décharge qui souvent présente, au milieu de sa durée, une diminution d’intensité ou même une inferrup-