CHAPITRE IV. DES TUYAUX ET DE LEUR CONSTRUCTION. V • • * Un ensemble de tuyaux, d’une même forme et d’un même modèle, le plus souvent disposés sur une même rangée, s’appelle un jeu. Il y a des jeux qui ont toute l’étendue des claviers, d’autres n’ont que trois ou deux octaves. Souvent, et principalement dans les orgues de moyenne grandeur, on sépare les jeux à anches , en basse et en dessus, pour obtenir plus de variété. Dans les petites orgues, composées de six à huit jeux, cette séparation des jeux en deux augmente les ressources de l’instrument, sur¬ tout pour le mélange des jeux, qui est déjà très-res¬ treint. Les tuyaux d’un jeu quelconque sont généralement placés à la suite l’un de l’autre ; mais quelquefois leur taille, ainsi que le défaut d’espace, forcent le facteur à les placer à sa convenance. De là les tuyaux courbés et quelquefois couchés sur le côté. Il est un fait avéré, c’est que les architectes, en bâtissant une église, ou¬ blient habituellement la place des orgues. Les tuyaux ainsi séparés sont dits : mis en postage, et le vent leur est amené par des porte-vent en plomb, appelés pe¬ tits porte-vent. Les jeux se divisent en jeux à bouche et en jeux à anches. Nous en expliquerons la diffé-