/ CHAPITRE XX INFLUENCE DU TRAVAIL DIGESTIF SUR LE TRAVAIL MANUEL Sommaire. — Influence de la surcharge de l’estomac. — Influence des sécré¬ tions digestives. — Action delà pilocarpine. —Influence des condiments intro¬ duits directement dans l’estomac. — Influence des peptones introduites directement dans l’estomac. Ce n’est pas dans l’alimentation actuelle, c'est dans l’alimentation anté¬ rieure qu’on puise sa force. On sait bien qu’un exercice violent à la suite du repas diminue les sécrétions gastriques et est capable de suspendre la digestion. Le tra¬ vail intellectuel qui nécessite une tension des muscles peut produire le même effet. On sait aussi que le travail de la digestion diminue l’activité du vouloir sous toutes ses formes, c’est-à-dire du pouvoir. Ce dernier fait peut être illustré par l’expérience, suivant le procédé que j’ai mis en usage pour étudier la fatigue par les excitations senso¬ rielles1. Une série de quatre ergogrammes à une miriute d’intervalle faits au repos sans excitation a donné, en général, dans ces derniers temps, un travail de 22 à 23 kilogrammètres ; dans une expérience récente, on a obtenu 22 kgm 47 (médius droit, 3 kilogrammètres chaque seconde). C’est ce chiffre que nous prendrons pour terme de comparaison dans les expériences suivantes où on travaille par séries séparées par des repos de cinq minutes, tous les jours à la même heure, le même temps après un déjeuner uniforme. Expérience T. — Deux heures après le déjeuner ordinaire du matin, cinq minutes avant le travail, on prend deux œufs ayant séjourné trois minutes dans l’eau bouillante, sans aucun condiment. 1. Nute sur l'influence du travail digestif sur le travail manuel. C. Itiitlogie. tOOI. ]). 795. H. de la Soc. de