— 48 — J'ai perdu ma tourterelle. Est-ce point elle que j’oy ? Je veux aller après elle. Tu regrettes ta femelle, Hélas ! aussi/ fay-je moy : J’ai perdu ma tourterelle. Si ton amour est fidèle Aussi/ est ferme ma foy : Je veux aller après elle. La dernière stance se termine par ces deux vers : J’ai perdu ma tourterelle, Je veux aller après elle. L'harmonie phonique est concordante et forme l'imité de la pièce en ce que la rime, elle, se retrouve dans tontes les stances et y termine deux vers sur trois, en ce qu’elle frappe, en outre, les deux derniers vers de la pièce. Elle est différée à la fois et concordante dans la rime oy: différée de stance à stance, puisque cette rime est croisée, concordante immédiatement pour l’unité de la pièce puisqu’elle se trouve dans toutes les stances. L’harmonie psychique consiste en ce que deux vers du pre¬ mier tercet apparaissent alternativement à la fin de chaque stance, absolument comme dans le virelai Nouveau que nous venons de décrire. Les memes phénomènes d’harmonie à la fois concordante et différée s’y produisent, par conséquent de stance à stance ; quanta l’harmonie qui fait l’unité définitive du poème, elle consiste en ce que la pièce finit par les deux vers, rimant ensemble, du tercet initial. Cette harmonie est différée. En effet, le retour des deux vers du tercet initial rimant en elle se fait at¬ tendre jusqu’à la fin ; l’un des deux revient bien alternativement à la fin de chaque stance, mais c’est précisément ce retour alter¬ natif, par conséquent, partiel et incomplet, qui fait naître le désir, le besoin même du retour total. Il est digne- de remarque que le retour se fait dans le même ordre que dans le premier tercet pour que les vers reviennent même dans leur ordre et produisent la même impression, le vers médian du premier tercet seul ne revenant pas et s’étant trouvé effacé en route