ce que le poème entier roule sur deux rimes seulement. Lu- nité psychique consiste en un véritable refrain. Cette fois les vers du commencement qu’on doit répéter plus tard forment à. eux seuls une véritable petite strophe, un distique détaché . Adieu vous dis, triste lyre! C'est trop apporter à rire. Le virelai nouveau après ce refrain type qui commence le poème comprend autant de strophes qu en veut le poète, et chacune de ces strophes est terminée, par exemple, par 1 un des deux vers précités. Il diffère du virelai précédemment décrit par la reprise d’un des deux vers initiaux à la fin de chaque strophe et par l’égalité des vers. Son système se rapproche beaucoup de celui de la villanelle décrit ci-après. L'harmonie phonique concordante consiste en ce que toutes les strophes riment entre elles, et en ce que les deux vers du commencement de la pièce ou 1 un d eux reviennent à la fin. Uharmonie psychique consiste en ce que les mêmes vers re¬ viennent à la fin de chaque strophe, sinon absolument, du moins alternativement. Elle est différée, et cette qualité résulte préci¬ sément de cette alternance. En effet, la seconde strophe finit différemment de la première strophe proprement dite, cette première finissait différemment du petit refrain initial, la se¬ conde strophe se termine, au contraire, comme la fin du refrain initial ; la troisième comme la première. 11 y a donc dans tout le cours de la pièce, pour chaque strophe, en même temps concord avec la finale d’une précédente et discord avec la finale d’une autre précédente, jusqu a ce qu’à la fin il y ait concord définitif, soit par la répétition des deux premiers vers en sens inverse, soit par la répétition du vers initial. D ailleurs, la der¬ nière stance doit être plus courte, et servir d’épode. 6° La Villanelle. La villanelle est aussi un poème à harmonie psychique, puisque son harmonie consiste en la répétition des vers entiers. Gitons*en un exemple, quoiqu’elle soit bien connue.