— 46 — 3 bis. Le Rondeau purement psychique. Le rondeau retient pourtant un élément phonique ; le nombre de ses stances et de ses vers, leurs rimes sont soumis à des lois spéciales. Mais on peut concevoir un rondeau purement psychique qui ne consisterait que dans la répétition du même mot, aux mêmes places marquées. De ce rondeau psychique, non réalisé, se rapproche le procédé stylistique qui consiste à répéter plusieurs fois de suite le même mot, dont on veut faire l’idée dominante du poème. 4° Le Rondel. Le rondel, comme chacun sait, est très différent du rondeau. Il roule aussi sur deux rimes, et comprend trois strophes, la première de quatre vers, la seconde de deux vers, plus la répé- tion des deux premiers vers de la première strophe, le troisième de trois vers, plus la répétition des deux mêmes premiers vers de la première strophe. Ce poème est bien connu, et très gracieux ; son harmonie rythmique consiste en ce que les trois strophes riment entre elles ; en outre, en ce que le premier quatrain est à rimes embrassées, le second à rimes croisées, le troisième de nouveau à rimes embrassées. Son harmonie psychique con¬ siste dans la répétition, à la fin de la deuxième et de la troisième strophes, des deux vers du commencement. Ces deux premiers vers en leur entier forment donc un re¬ frain qui ne diffère du véritable refrain de la chanson qu’en ce qu’ils ne constituent pas une strophe à eux seuls. 50 Le Virelai nouveau. A la différence du virelai ancien décrit dans notre étude sur le poème à rythme phonique, le nouveau constitue un poème psychique. L’unité rythmique consiste encore ici en