— 44 — 2° La Ballade. Ici il y a formation d'unité psychique et d'unité rythmique à la fois par deux moyens différents. Nous avons vu ailleurs comment se réalise l’unité rythmique par Venvoi servant d'épode, par la rime de strophe à strophe. L'unité psychique se réalise par le refrain partiel, c’est-à-dire par la répétition du même dernier vers à la fin de la strophe, des antistrophes et de l’épode. En effet, à la fin de chaque strophe, le même vers reparaît ramené par le sens. Il est vrai que cela constitue le lien de strophe à strophe et, par conséquent, contribue à former la strophe dans sa constitu¬ tion intérieure, et que le refrain partiel ne varie pas à l’épode. Rigoureusement il est donc plutôt constitutif de la strophe que du poème. Mais nous l’avons rangé ici, parce qu’il forme aussi l’unité du poème, en revenant à la fin de toutes les strophes et à la fin du poème lui-même, et parce que, d’autre côté, il coïncide avec l’unité rythmique, proprement dite, du poème. Ce retour incessant vers le point de départ constitue une kr- monie rythmique différée très puissante. Le retard psychique con¬ siste en ce que dans la 2' et la 3e strophes on s’éloigne du point d’arrêt de la lre pour s’engager dans des pensées nouvelles, mais en revenant à la fin toujours à la pensée première; c’est pour cela que la ballade doit avoir des strophes d’une certaine étendue ; il faut que la pensée ait eu le temps d’y diverger assez pour que son retour produise un plaisir sensible. Ce retour qui n’est autre que la résolution d'une harmonie psychique différée se fait plus rapidement dans \épode, dans Venvoi, que dans les strophes. La plus grande rapidité du re¬ tour en cet endroit est précisément ce qui constitue, au point de vue psychique, l’unité de ce poème. Il est plus rapide, de même qu'au point de vue de l’unité phonique, au même endroit la strophe épodique est plus courte. Ce retour de la pensée vers elle-même, du sentiment vers lui- même, ressemble beaucoup au leitmotiv de la musique moderne, qui fait revenir de temps en temps dans le cours du poème musical l’impression première renouvelée.