POSITION DE LA MAIN 73 dent sont nécessairement tout autrement or¬ ganisés. Comparer entre elles les mains des violo¬ nistes ne peut mener à aucune conséquence physiologique ; ce serait jugerde la valeur d’un maître d’armes à l’inspection de son bras ou de ses jambes ou préjuger de la vitesse d’une voiture par la forme de sa roue sans s’inquiéter ni du moteur ni du conducteur. La main est, comme la roue, un organe passif indispen¬ sable, mais sa structure n’entraine pas néces¬ sairement une bonne fonction, car elle peut être mal commandée et mal dirigée. Il est certain qu’il y a des mains mieux or¬ ganisées que d’autres pour s’adapter à l'ins¬ trument, mais nous avons voulu montrer que cette perfection dans la structure n’entraîne pas forcément la perfection dans la fonction. La position de' la main a plus d’impor¬ tance, elle favorise l’égalité. La ligne de la pulpe des doigts doit être sensiblement paral¬ lèle au manche. Les doigts frappent la corde comme des marteaux, la phalangette normale à la touche (Fig. 34, 35 et 36), ils ne doivent pas s’en éloigner beaucoup pour éviter de perdre du temps. Le travail aux positions 5