PRÉFACE. L’étude de l’acoustique est le complément indispensable d’une bonne éducation musicale. La connexion de cette partie de la physique et de la musique est évidente, nécessaire ; il est impossible de bien professer celle-ci, sans connaître celle-là. En effet, quoique les pMnomènes physiques semblent cesser dès que le son atteint le nerf auditif, ils n’en sont pas moins la source réelle de la sonorité variée des instruments et des voix, ils n’en sont pas moins le principe matériel des effets produits par le chanteur et l’instrumentiste. L’acoustique constitue donc l’une des connaissances indis¬ pensables au musicien, et cependant elle est, de sa part, l’objet d’une indifférence regrettable et profonde, mais non avouée. Souvent obligé, dans la pratique de son art, de recourir à cette science utile, le musicien, affectant de la posséder, en parle sans en connaître les règles. La définition du son, la manière de se produire, de se pro¬ pager; la définition d’un instrument de musique, les combinai¬ sons qui en règlent la construction, etc, etc., sont autant de questions que le musicien résoudra; mais comment? — Par des théories toutes superficielles, en se basant sur des expériences mal approfondies, sur une fausse interprétation des lois de la physique, parfois même en se basant sur l’absurde préjugé, ce vade-mecum de l’ignorance.