Le tissu élastique du follicule du poil sinueux et les vais¬ seaux sanguins de sa papille. Par M. P. Ksunine. Institut pathologique de l’Université Imperiale de Tomsk. En poursuivant, sous les auspices de M. le professeur A. E. Smirnoff', ses études sur la structure et l’innervation des poils du tact chez les mammi- lères, aussi bien que sur la distribution de leurs vaisseaux sanguins,—l’auteur, s occupait en particulier, du mode de distribution des fibres élastiques dans différentes parties du follicule pileux. Comme objet de cette étude, on s'est servi des follicules pileux de mammifères tels que le chien, le chat, la chèvre, le veau, le lièvre, le lapin, le cobaye, la souris, le hamster, l’écureuil strié et le rat aquatique. Au moyen de ciseaux on isolait avec précaution les folli¬ cules pileux, séparément ou par groupes de trois ou quatre ensemble; puis, pour les rendre plus compacts, on les soumettait, par des procédés usuels, à 1 action de 1 alcool, de la formaline, du sublimé, du mélange de Flemming, de la solution de bichromate de potasse et de la liqueur de Millier. Enfin, on enfer¬ mait la préparation dans la celloïdine, ou, pour obtenir des coupes plus fines, dans la paraffine. Au moyen d'un microtome, on apprêtait des sections (4—8 ij.) longitudinales et transversales; quelquefois on faisait des coupes en séries. Pour colorer les fibres élastiques du follicule pileux, l’auteur employait d’abord 1 orcéme; mais, dans la suite, les résultats obtenus avec ce procédé ont été vérifiés par lui au moyen du nouveau colorant de Weigert, qui se trouva être d’une grande utilité pour l'étude en question. Ces recherches ont conduit 1 auteur aux conclusions suivantes sur la dis¬ tribution des fibres élastiques dans différentes parties du follicule pileux: dans sa couche extérieure et dans les trabécules du corps caverneux la distribution des libres élastiques ne présente rien de particulier, et elle correspond en gé¬ néral a la direction des faisceaux collagènes; mais dans la partie intérieure du follicule, près de la membrane vitrée, les fibres élastiques se distribuent, au contraire, d une manière tout-à-fait originale. En dépit de l’opinion de M. Bonnet, on y voit un nombre très considérable de fibres élastiques formant deux épais entrelacements réticulaires: l'un extérieur et circulaire, l'autre inté¬ rieur et longitudinal, ce dernier adhérant immédiatement à la membrane vitrée. Selon M. Bonnet, la surface externe de la membrane vitrée est canne¬ lée en longueur et, par conséquent, hérissée de tout un système de saillies et d arêtes longitudinales et parallèles. Les sections transversales de ces arêtes qui, selon lui, paraissent comme autant de sections transversales des fi¬ bres élastiques, adhèrent à la surface externe de la membrane vitrée. Les