LE PHYSIOLOGISTE RUSSE RÉDIGÉ PAR M. Léon Morokhowetz, Professeur de physiologie à l’Université Impériale. MOSCOU. Vol. II. 1 m a i 1900. N°N° 21—25 Brèves .communications physiologiques. Par M. B. Danilewsky, professeur de physiologie d l’Université Impériale de Kharkofl. Tous ceux qui ont travaillé pendant de longues années dans un labora¬ toire savent que, pour telle ou telle raison, Ton ne réussit pas toujours à éclaircir dans tous ses points la question qu’on s’est posée, ni d’achever le tra¬ vail commencé comme on le désirerait. Mais, en même temps, l'on voit s’accumuler des observations isolées, des faits détachés qui, autant par eux-mêmes que par les recherches ultérieu¬ res qu’ils peuvent susciter, offrent un intérêt incontestable. Guidé par ces considérations, je me permets de soumettre au public les brèves communications qui vont suivre. I. Des mouvements respiratoires pendant le tétanos général. En étudiant, il y a plus de 20 ans, l'influence du cerveau sur les mou¬ vements respiratoires des chiens, j’acquis la conviction qu’en excitant au mo¬ yen de l’électricité le pons Varoli, on provoquait des accès semblables à des ac¬ cès d’épilepsie 1). Presque tous les muscles volontaires sont fortement convul- *) Comp. Bekhtereff. „Courrier neurologique“. 1896, IV, p. 97 (en russe). 1