BIBLIOGRAPHIE. 171 à 33°. pour l’acidoalbumine bromliydrique = à 25°; lorsqu’on chauffait à 100°, le pouvoir rotatoire s’élevait à 71° pour l’acidoalbumine chlorhydrique et jusqu’à 80,7u pour l’acidoalbumine bromliydrique. L’acidoalbumine chlorhy¬ drique fraîche, non fractionnée, indiquait a(jD) = à 41,8°; après le chauffage == à 64,9"; l’auteur en déduit que le blanc d’oeuf de poule contient plusieurs albumines à propriétés optiques différentes. Vis-à-vis de l’eau, de l’alcool et de l’éther les acidoalbumines obtenues de l’albumine cristallisée se comportent de la même manière que les combinaisons acides de l’albumine fraîche décrites dans un rapport antérieur, c'est pourquoi on les prépara pour l’analyse de la même façon. La constitution élémentaire des préparations obtenues, donnée en pour cents, était la suivante. C H N s Halogène. 1 HCl albumine (non chauffée). . . 51:34 7,25 14,27 1,92 2,77 2 » > (chauffée à 100°). 51,47 7,12 14,30 1,56 2,95 3 HBr-albumine (chauffée à 100°). 50,80 7.25 14,12 — 3,6 4 HCl-albumine fraîche......... 51,30 7,36 14,53 1,51 3,46 La différence dans la constitution des préparations 1 et 2 a été attri¬ buée à une légère impureté de la première causée par le sulfate d’ammonium, la différence qui existe dans celle des JV2JV2 1, 2 et 4 s’explique par la conclu¬ sion de l'auteur que le blanc d'oeuf de poule renferme plusieurs albumines qui différent les unes des autres. Biroukoff, Boris. De l’action de la strychnine sur l’appareil neuromusculaire. Travaux de la Société des naturalistes de St.-Pétersbourg, 1896, t. XXVII. livraison 1. L’auteur a entrepris sur des grenouilles une série de recherches sur Fac¬ tion de la strychnine en doses diverses. Les résultats: le seuil d'irritation pour le muscle ainsi que pour le nerf s’écarte d’abord de la bobine primaire pour s’y rapprocher plus tard. Au bout d’un certain temps on n’obtient pas de contractions musculaires à la suite de l'irritation du nerf, tandis que le muscle reste toujours irritable. Le tronc nerveux examiné galvanométriquement et téléphoniquement gardait son intégrité fonctionelle et n’était nullement at¬ teint, par Faction du poison. Par une injection préalable de curare, Fauteur a put s’assurer également, qu’il ne s’agit pas non plus d'une altération de l'irritabilité de la substance musculaire. Il ne restait qu’à conclure, qu’il s’agissait uniquement de Faction du poison sur les terminaisons nerveuses. Biroukoff, Boris. De Faction du curare et de la strychnine sur les méduses et de l’analogie des contractions de la cloche avec celles du coeur. Ibid. Pendant l’été de l’année 1895, lors de son séjour à la station biologique de Solowetzk (sur la mer Blanche), Fauteur a eu l’occasion de contrôler les obser¬ vations de Ptomanes et Krukenberg, qui en vinrent aux conclusions suivantes: il