IV CONFERENCE INTERNATIONALE DE GÉNETIOIIE. MENDÉLISME ET ACCLIMATATION 1 Par H. NILSSON-EHLE Svalöf (Suède), Il est un fait bien connu, c'est que, en général, les variétés de nos céréales provenant des régions septentrionales, se distinguent par une maturité plus précoce que les variétés cultivées plus au Sud. Cette différence est très marquée dans la péninsule Scandinave en ce qui concerne, non seulement l’orge et l’avoine, mais encore le seigle et le blé. La prédisposition héréditaire innée des variétés du Nord à une maturité plus précoce, se manifeste nettement dès que ces variétés sont cultivées à la même place et sous les mômes conditions que les variétés du Sud. Cultivées dans le Sud de la Suède, à Svalöf, les variétés d’avoine du Nord2 présentent ainsi une précocité bien plus grande que l’avoine de Propstei cultivée dans le Sud de la Suède. Les années froides, tardives, cette différence peut s’éle¬ ver jusqu’à 5 — 4 semaines, tandis que dans les années chaudes, elle peut se réduire à I — 2 se¬ maines. De même, cette différence héréditaire se présente si les variétés du Nord sont cultivées à côté de celles du Sud dans la Suède centrale, à Upsala, ou dans la Suède septentrionale, à Luleâ, où, en général, les variétés du Sud n’arrivent pas à maturité. La maturité précoce héréditaire des variétés du Nord représente ainsi une adaptation au climat, une acclimatation héré- <1 itaire. A l’égard de la résistance au froid, il en est de môme du blé d’hiver. Des variétés provenant de régions à climat plus rigoureux, cultivées au môme endroit que les variétés provenant de régions plus tempérées, présentent une résistance décidément plus grande que celles-ci. Sous ce rapport, les différences sont moins grandes entre les diverses parties de la Suède; ce n’est que dans les hivers très rudes, comme 1900-1901, que l’on trouve une différence — peu considérable toutefois — entre le blé du pays du Midi de la Suède (Scanie), cl celui des régions du Nord, comme Upland. D'un autre côté, les variétés sué¬ doises, prises en groupe « Sammet », « Kubb », Blé de Scanie », « Blé de Gotland », etc., résistent bien mieux au froid que les variétés généralement cultivées dans l’Ouest de l’Europe, en Angleterre et en France, comme le Squa¬ rehead anglais, le Stand-up, etc. L’acclimatation héréditaire est ainsi, en géné¬ ral, également sous ce rapport, très distincte. Comment cette acclimatation héréditaire s’est-elle produite? voilà une 1. Gommunicalion faite à la seconde séance de la Conférence. 2. Par exemple avoine noire de la Finlande septentrionale (— Nordfïnnisclier Scliwarzliafer , voir Attekbekg : Neues System der Hafervarietäten. Die I awin'. Versuchsstationen, ltd. Ô9. 1891. p. J8Ô.