( 779 ) même que pour les muscles longs extraits du corps, c’est- à-dire un et demi centième de seconde, davantage si le muscle est fatigué. Les graphiques, figure 2, ont été obtenus en excitant le muscle fléchisseur de la pince par l’intermédiaire du nerf. L’intervalle ZB qui sépare le moment de la contraction du moment de l’excitation électrique représente donc ici la somme de deux temps : AB période d’énergie latente (cette longueur AB a été obtenue dans d’autres expériences. Le trait A est ajouté à la main dans la fig. 2) et AZ temps nécessaire à l’excitation pour se propager le long du nerf jusqu’au muscle. Tétanos musculaire. — Nous n’intercalons plus le cy¬ lindre dans le circuit électrique. Les fils de la pile se ren¬ dent directement (avec clef intercalée) à la bobine induc¬ trice du chariot de Du Bois-Reymond. Nous les disposons de façon à ne pas employer l’interrupteur (marteau de Wagner). Los ills de a bobine induite son t reliés aux exci- Pig. 5. Secoueiee futtonnm. Myographs à ressort. Vilm» moyenne du cylindre enregistreur (un four en 7 V* eeeondee.) AB première tecouna, BC deuxième mouses Le graphique du tempe offrait det traite trop fini H trop terri» pour pouvoir être reproduit» ici. Chaque centimètre de longueur du tracé représente 17 h 18 centièmes de leconde. tateurs. Pour le reste, le muscle est disposé dans le myo- graphe comme pour l’étude des secousses. Si nous exci¬ tons le muscle par deux chocs d’induction successifs (en