représente une fonction méromorphe do ~ qui reste certainement holo- oo morphe en - tant que l’on a \x \ y/sB où B = ^ | av|. » V = 2 OPTIQUE PHYSIOLOGIQUE. — Influence du rythme des successions d’éclats sur- la sensibilité lumineuse. Note de M. Charles Henry ('). '< Les successions d’éclats à des intervalles rythmiques déterminent-elles une diminution de la sensibilité lumineuse ; les successions à des intervalles non rythmiques, une augmentation? J’appelle, comme on sait, rythmiques, les nombres des formes 2", a® -+- 1 (premier), 2"'(2" -f- t) 1), .... Ce problème expérimental a été résolu de la manière suivante : » Les successions d’éclats suivant les lois voulues ont été obtenues au moyen d’un tambour noirci, de im de rayon, percé sur son pourtour de Go trous, que l’on pouvait à volonté boucher ou déboucher ; ce tambour, dans l’axe duquel on pouvait placer des sources lumineuses v ariées, était entraîné par un mouvement d’horlogerie très puissant et réglé. » On a fait varier : i° la vitesse du tambour; 20 l’intensité de la source; 3° la complexité de la succession. » On a considéré trois sortes de vitesses : i° des vitesses maxima, d’un tour en des temps variant de 7",5 à 13" ; 2°des v itesses moyennes, d’un tour en des temps variant de 1' to" à 1/22"; 3° des vitesses minima, d’un tour en des temps variant de i'5o" à 1'53". » On a considéré deux éclairages : un très fort, fourni par un bec Auer alimenté par un réservoir de gaz d’huile, muni d’un régulateur de pres¬ sion; un très faible, fourni par une lampe de gardien de phare, dont la lumière était en partie interceptée pour l’œil par un écran en papier fort, collé sur chaque trou. (Des indications photométriques plus précises sur ces sources sont inutiles, comme le prouveront les résultats des expé¬ riences.) » On a considéré quatre sortes de successions : i° les successions de Go trous (21 nombres rythmiques, 4° nombres non rythmiques, l’unité comprise chaque fois) ; 20 les successions de 3o trous, r trou sur 2 étant bouché (ij nombres rythmiques, 16 nombres non rythmiques; 3° les suc- 0) Ce travail a été exéculé au Dépôt des Phares, grâce à la bienveillance rie LF. Bour¬ delles, Inspecteur général des Ponts el Chaussées, Directeur du Dépôt.