368 Salzfäure, worin er digerirt wurde, fand lieh in falzfaures Ammonium umgewandelt. Vor dem Löthrohr verpuffte er fo fchnell, dafs der dadurch bewirkte Erfolg fchwer auszumitteln war. Gepulvert und dann der Hitze ausgefetzt, ftiefs er erft Ammonium aus, und brannte dann mit denfelben Er- fcheinungen als Harnfäure. Ein kleiner Riickftand färbte Kurkumapapier ftark roth, und fchien theils aus Kalk (und Alkali), theils aus phosphorfauren Erden zu beftehen. Hiernach beftand der Stein vorzüglich aus harnfaurem Ammonium *). l) Folgende« ift Fourcroys' Befchreibung diefer Steinart, welche faft ganz mit der meinigen übereinkommt. „The following is Fourcroy’s defeription of this fpecies of calculus, which does not differ much from the above. Les calculs d’urate d’ammoniaque, bien charactérifés par leur diffolubilité dans les leffives d'alcalis fixes cauftiques, mais avec un dégage« ment ab rndant d’ammoniaque, font ordinairement petits d’une couleur pâle de café au lait, ou d'un gris tirant fur cette nuance, formés de couches fines qu’on détache fact* lement les unes des autres, et qui font lilies par les fur« faces qui fe touchent; presque toujours contenant un noyau dont on fépare aifément l’enveloppe. Leur forme la plut ordinaire, eft fphéroidale, alongèe, comprimée, quelque« fois amygdaloide; leur furface eft ordinairement liffe, ja¬ mais tnberculeufe, quelquefois brillante et cryftalline ; leur pefanteur fpécifique va de I. 225 à I. 7:0, l’eau feule les diflout, furtout quand elle eft chaude, et quand ils font divifés et en pouflïère fine. Les acides, le muriatique fur- tout, leur enlèvent l’ammoniaque, et laiffent feul l’acide urique, qui fe diffout enfuite dans la potaffe fans efferves¬ cente : ils fe trouvent quelquefois recouverts d’acide urique pur: la couche extérieure de celui-ci eft ordinairement peu épaiffe, et la plus grande quantité du calcul eft de l’urate d’ammoniaque. Sur les 600 calculs examinés la pro¬ portion du nombre d’individus de cette efpèce a été une des plus foibles,“