l] AVERTISSEMENT DE UEDITEUB. sieurs artistes très habiles dans l'art de graver à l'eau forte, et dont les travauxTéunis ne forment cependant que" la moindre partie de ce volume. Toutes les statues, tous les bustes," six planches exceptées ont été gravés par lui; et sa main qu'on peut dire ftiffa le se r tr uve sur" ares ueftoutes les autres" DlHDClICS, ou elle s'est lu à 1nab,,eo lq. 1 s'exercer sur des monuments de 'tous genres, Bas-Reliefs, Autels, Vases, Clppes, Meubles, Ornements, etc. Ainsi ont été rassembrés dans les trois volumes dont se compose le Musée des An- tiques, plus de sept cents monuments, dont la plupart forment aujourd'hui la rare et 0 i ne collection (lu Roi dont les autres réunis un moment a Paris ar une c1r- Hlâlblll q a v P constance unique dans les annales de l'Europe moderne , ont été de nouveau dispersés es rinci ales villes ce ui fait de l'ouvra0re de M. Bouillon un monument éva- ans s p 9 C1 b b lement unique parmi tousceux qu'a produits l'union de l'art du dessln et de la cal- cograpliie. (r: Nota. Il existe dans le Musée. du Louvre une salle ou sont exposées quelques statues égyptiennes. M. Bouillon n'a pas cru que ces monuments dussent entrer dans son ouvrage par deux raisons : la première, c'est qu'ils sont absolument étrangers à l'art dont ils ne retracent pas même la première enfance, puisque la religion ayant consacré les types", ou informes ou monstrueux, d'après lesquelä ils ont été reproduits, l'art y reste stationnaire depuis le commencement jusqu'à la üp, sans pro- grès ni décadence, les monuments les plus récents de cette espèce n'offrant que l'imitation scrupu-l leuse et grossière de ceux dont l'origine se perd dans l'a nuit des temps; la seconde, c'est que ces antiquités ne comlposent anaintenant qu'une très petite partie des monuments égyptiens de tout genre dont le R01 a fait, depuis quelques années, l'acquisition, monuments qui fopmeront à eux seuls" un Musée immense, auquel ceux-ci seront sans doute réunis; d'on il résulte que, quand bien même ils eussent été de quelque intérêt pour l'art, ne formant ainsi qu'une espèce dîippendice d'une aussi grande collection, ils rfauroient pu convenablement trouver place dans un ouvrage que l'on a voulu faire, autant que possible, complehen toutes ses parties. C'est uniquement aux pro- ductions "de la sculpture grecque de tous les âges que le Musée des Antiques a été consacré. (1) Les planches VIII, IX et XXI des Statues, et les planches III, IV et V des Bustes. Uinfériorité de ces planches, le 11" XXÎ excepté, est visible, et ciest ce qui a déterminé M. Bouillon à se "crharger seul désormais de cette partie du travail, la plus développée, et. par conséquent la plus difficile. r (2) Tout ce qu'il a gravé, soifen planches entières, soit partiellement sur d'autres planches, estfsigné de son nom.