DIX-NEUVIEME SIECLE. 1a comtesse de Pourtahäs, 1a duchesse de Mouchy, 1a princesse Mu- rat, 1a duchesse de Morny. Toutes ces femmes eurent 1a joliesse des cours du seizieme siecle, tandis que, par leur toilette, par 1es falbalas et Pampleur des paniers, e11es rappelaient quelque gracieux W atteau. U11 Inoderne (z embarquement pour Cythere n greife sur un biscuit de Saxe. Aux jolis minois du temps de Louis- Philippe avaient succede les gentilles frimousses, et cela Pendant que 1e genre chiffonne continuait a regner parmi les Illles du peuple. Ainsi apparaissent les filles de ce XIXe siecle, qui s'0uvre en ros- suscitant Junon et se ferme au milieu du melange de tous les types et de toutes les raees, conservant cependant a 1a Frangaise son ChEIPIIIB distinction Malgre ses spirituelles et pimpantes marquises, le feminisme du siecle laasse ne sera, en effet, jamais le feminisme de notre epoque. Autrefois, si etendu que füt S011 domaine, il restait, cependant, plus special : aujourrPhui, a 1a jolie fenlme u) a (ltäteillt sur fout; il semble meme qu'elle ait enleve a 1a vieille" danle quelque chose de 1a consideration, du respect, de (c Paureole u) dont Pancienne so- ciete Pavait entouree. J adis, celle-ci faisait autorite dans le monde; elle etait bien reel- lement 1a a douairiere n, digne, grave, serieuse, exquise de distinc- tion, bonne et affable, Inalgre le mepris un peu hautain qulelle alli- chait pour los idees nouvelles. Au milieu de ce charme, de cette si- tuation privilegiee, sa gaiete paraissait survivre intacte. Quels quo fussent ses trave-rs, quelle que füt sa degainc, tolle, pour citer une ßgure connue, cette duchesse de Luynes, belle-mere de Ma- thieu de Montmorency, aux traits durs, irreguliers, ä Paspect masculin, ä 1a grosse voix, vetue de costumes sans nom elle savait quand meme en imposer et l'on respectait toujoxlrs en elle la grande dame. Aujourddlui, e11 ce siecle de vapeur ou tout marche, oü tout se renouvelle, la femme ägee 1121 plus 1a meme position, je veux dire qulon lui demande de suivre le mouvement, qu'on ne lui permet plus de slisoler, qu'on ne lui temoigne plus autant (Pegards. D'oü oette difference considerable, au point de vue des