SERRURERIE 362 systeme, mais presentzint au moins autant de rigidite que la premiere. Les fers des cotes du triangle donnent la sectionp, ct ceux (le l'inte- rieur la section q. Dans le grain d'orge menage le long de ces fers, entrent les ornements de fer battu qui roidissent tout le systeme. Les fers du triangle et de Finterieur sont assembles a tenons avec clavettes, ainsi que le montre le detail s. Cette potence pivote dans deux pitons scelles a la muraille 1. Nous ne saurions trop insister sur ce peint: dans les ouvrages de serrurerie du moyen age, on ne cherche pas a dissimuler les assemblages. Les fers, au droit de ces assemblages, restent francs ou prennent plus de force, comme nous l'avons montre dans l'exemple figure A5. On se garde bien de diminuer leur resistance la ou ils fatiguant. Outre les grilles disposees par panneaux sernbrevant entre des mon- tants, on faisait aussi des grilles par compartiments assemhles, et cela par des moyens simples et solides. Cette grille (fig. 51) fournit un exemple de ces sortes de combinaisons 2. C'est un ouvrage; du xv' siecle. ll se compose de montants A scelles dans le pave. Entre ces montants, renforccs en B, sont serrees des traverses C, lesquelles portent un petit tenon a chaque extremite. La partie superieure des montants se termine par un fort goujon rive sur la barre d'appui D. Des cercles inscrivant des quatre-lobes sont inscrits entre les montants, la traverse et la barre d'appui. Des demi-cercles remplissent la partie inferieure. En a, b et c, sont tracees les sections de la traverse G, des cercles et des quatre-lobes; en d, est liguree Yextremite des lobes. Des goujons rives c reunissent toutes ces pieces dont les sections hexagonales se pretent 51 une juxta- position parfaite. Cet ensemble presente beaucoup de solidite, est facile äassembler, et n'exige de soudures qu'a Fextremite des lobes et pour fermer les cercles. Les montants n'ont que (P2021; de largeur sur 0'",0l12 däipaisseur. Les armatures de puits posees au-dessus des margelles presentaient aussi des combinaisons d'assemblages de serrurerie interessantes a etu- dier. Dans les cours des chateaux, des monasteres, au milieu (les carre- fours, on voyait de ces belles ferronneries portant les poulies des puits. ltlalheureusement, presque tous ces ouvrages ont ete detruits, et si l'on en voit encore en place, c'est qu'ils ont etc oublies. A Sens, a Troyes, a Semur, a Beaune, dans la cour de Plslotel-Dieu a Dijon, quelques debris de ces armatures existent aujourd'hui et datent des xve et XVIe siecles. D'anciennes gravures nous donnent aussi l'apparence de ces ferrures de puits, mais n'en reproduisent pas les assemblages. Nous 1 Cette potence dtait scelldc le long d'une muraille de tour 51 Carpcntras, au-dessus d'un petit puits. Il en existe encore une il peu prbs semblable a] Avignon; mais cette derniäre citait destinde ä porter une torche (xve sibcle). 2 Il existe une grille semblable 51 celle-ci in Gand (salle d'armes). On en voyait une ÜUÜO 5 P911 präs pareille dans lüiglisc de Salint-Denis, avant la restauration de 1816 (dessins de Percier).