233 [ SCULPTURE ] eux et ifctaient point pourvus de fonctions ou de dignites de nature a leur donner une autorite preponderante dans la corporation. On com- prend comment un pareil etat social devait etre favorable au developpe- ment et au progres tres-rapidc de l'art. Uexperience ou le genie de chaque membre eclairait la corporation, mais n'imposait ni des doctrines ni des methodes. Aussi l'art de cette epoque est-il bien le fidelc miroir de cet etat social des artistes. Une experience reussit-elle, aussitot on la voit re- pandre ses resultats, et etre immediatement suivie d'un perfectionnement ou d'une tentative nouvelle. Il est bien certain, et nous en avons la preuve au xmc siecle, que l'art etait pratique dans certaines familles, le pere instruisait son fils ou son neveu. Les connaissances se transmettaient ainsi dans des corporations composees d'un nombre de membres ayant tous les caracteres de la caste. (les connaissances, considerees comme le privilege de la caste, ifctaicnt point divulguees dans le public; et leur transmission non interrompue dans l'atelier ou la famille, du patron a l'apprenti, du pere au fils, explique comment nous ne possedons aucun traite ecrit sur les matieres d'art en France de la {in du X118 siecle au xvle. Des moines pouvaient ecrire ces traites, et nous en possedons un, celui de Thcophile, qui date du milieu du x11" siecle tres-vraisemblablement, s'occupant de la peinture, des vitraux, de Yorfevrerie, de la menuise- rie, etc.; (Fautres avaient du etre ecrits dans les monasteres, parce qu'il s'agissait de transmettre des methodes, soit d'un couventa l'autre, soit dans des eecles separees du IDOHZISIÄBPO. Mais les membres laiques des corporations (Fartistes ou d'artisans, non-seulement n'avaient nul besoin de mettre sur le papier le resultat de leur experience et de leur savoir, mais devaient eviter mcme de rien ecrire, pour ne pas donner au vulgaire les recettes, les methodes admises dans l'atelier. L'album de Villard de Honnecourt, qui date de 1250 environ, n'est qu'un cahier de notes prises partout et sur tout, depuis des proccdcs de traces jusquäi des recettes pour taire des onguents, mais n'a pas le caractere d'un traite destine a perpetuer des methodes ou des moyens pratiques. Villard discute, il pose des questions; son cahier est un UICHIÜHIO, pas antre chose. Cet etat social des artistes laiques a la lin du x11" siecle, connu, nous deinontre comment ces corporations devaient necessairement agir dans une sphere absolument libre; car, a moins de supprimer la corporation, comment lui imposer un goüt, des methodes ? Force etait d'accepter ce qu'elle voulait faire, de suivre le style, les procedes qu'il lui plaisait d'adopter, et dont elle discutait la valeur au sein de son organisation toute republicaine, ou les voix n'avaient qu'une autorite purement mo- rale, due a une longue expericnce, au genie ou au simple merite person- nel. Une organisation pareille pouvait seule changer en quelques annees la face des arts, sans qu'aucun pouvoir, ou civil, ou ecclesiastique (en eut-il eu la volante), fut en etat d'arreter le mouvement donne. Mais ce qui imprime un caractcre d'une grande valeur nationale a cet etablis- sement des ecoles laiques du xnc siecle, c'est que leur premier soin est de vin. 30