57 [ ROSE ] L0 mm. dt, yulh-idu garnie de 1a curieuse dglisc de RoyaL(Puy-de-D6n1e) l 11m; (mine jolie rose du X111" sibclo, 51 six lobes, sans roseau 111t61-1cu1". 21s L1)? 11110 (10111 nous 110111101150131. '15)1z11";1c0 cxtäricurc 011 A ct 1a coupe 0111]; se bo111p0sc de cinq 1'111] gs de c1avcz1ux assez appareilläs. Maigwqrt dü "1 160010 111111110 du Nord 11e put jamais ütre 111111115 dans les r L f, 1 1111 (JrL'1t1011. 011 pfgyqncer, 111111111(1111111.a 11111101110111 que 001111110 unu. p 1 subissait de cul, art? on 011 acceptant parfms 10s 101111105, sans 011 0111111111-1111111 121 11110111" m1 1101111, (le 1'110 (10 121 structure. Fkxxxx l] 1:16 XX );ÜX1NQX ifä il!" x1 j X1]: E; Deux de ces mils provenant de la eathedrale de Paris, traces en (1 et en D, font ressortir au contraire l'importance de la structure dans la composition de ces ajours d'une petite surface. La rose C. est percee dans le gable du pignon occidental, et est destinee ä eclairer la charpente. Celles D sont ouvertes dans Fetage inferieur du beffroi des tours. Ici le (lessin coincide avec l'appareil, et donne une suite (Yencorbellements tries-judicieusement combines pour ouvrir un jour dans un parement, sans avoir recours a des ares. En terminant cet article, il faut citer les belles roses du milieu du X1116 siecle, de Peglise abbatiale de Saint-Denis; celle de la chapelle de Saint-Germer, qui reproduisait Mes-probablement la rose primitive de la sainte Chapelle du Palais 51 Paris ; celle du croisillon sud de la cathedrale de Sees, habilement restauree par M. Ruprick Robert. Parmi les roses de la fin du XIIIÜ siecle et du commencement du XIV", celles du bras de croix nord de la cathedrale de Sees, de Glermont, qui sont ajourees, compris les ecoinqons hauts et bas, comme la rose de la sainte Chapelle