61 [ ROSE 1 independant du cercle, ainsi que le fait voir la coupe en C. Pour main- tgniy ce cercle, ont ätä pOSEÄS 105 CGPCICS- 611681110115 D, E, F. On observera que dans le trace du reseau, Parcature externe est etresillonnee par une suite de jambettes G, qui ne tendent plus toutes au centre, comme les rayons des roses de la premiere moitie du X1119 siecle, mais qui ont une resistance oblique, et par cela meme empechent une deformation qui s'est produite parfois. En effet, il arrivait, pour des roses d'un grand diametre et dont les membres avaient une iaible section, que la defor- mation se produisait, ainsi que l'indique la figure 11. Si une partie de la circonference de ces roses subissait une pression trop forte, par suite d'un tassement ou d'un ecartement, l'oeil pivotait sur son centre, et les rayons, au lieu de tendre a ce centre, faisaient tous un mouvement de rotation a leur pied 1. Les accidents qui resultaient de ce mouvement n'ont pas besoin d'etre signales ; ils compromettaient la solidite de tout l'ouvrage, en determi- nant des epaufrures et en enlevant au roseau tout son roide. Ce n'etait pas, certes, dans les roses robustes de 1a cathedralc de Reims que de pareils effets pouvaient se produire. Mais Libergier avait probablement observe ce mouvement de deformation par rotation dans des roses de Flle-de-France plus delicates que celles de Notre-Dame de Reims; voulant atteindre et merne depasser cette delicatesso dans la structure de 1 La section des roseaux ayant beaucoup de champ (voyez celle du räseau de la rose Sud de Notre-Dame de Paris), et peu de largeur, pour laisser plus de place aux vitraux, il est ävident que si une pression skzxergait sur un point du grand cercle, les rayons, ne. pouvant rentrer en eux-mämes, trouvant une resistance sur leur champ, poussaient l'oeil dans le sens le plus faible de leur section et le faisaient pivoter.