s34. sont chez eux relatives a l'objet ou au monument, et non pas seule- ment. aux ordres einployes. Nous avons explique ailleurs' comment (fertaines lois (lerivees (le la geometrie zivaient ete, admises par les lilgxititieits, par les (lrecs, les Romains, les zirchitectes byjzzintins et go- thiques, lorsqu'il s'agissait. (Fetablii- un systeme (le proportions appli- cable a (les monuments tressdivers; comment ces lois nlitaienl point un (ibstzicle a l'introduction (le formes nouvelles ; comment, filant sitpe- rieures a (zes formes, elles on tpu en gouverner les rapports de nlanii-re a [)l't'äSOllt0l' un tout harmoniqtie a Thehes aussi bien qu'il zttltenes, a ltotne aussi bien qu'il Antiens on qu'a "Paris; (tonnnent les proportions (lcrivent, non point (l'une methode aveugle, (l'une formule inexpliquee ou inexplicable, mais de rapports entre les pleins et les vides, les hau- teurs et. les largeurs, les surfaces et les elevations, rapports dont la rend compte, dont letude demande une grande attention, variable (l'ailleurs, suivant la place et l'objet; comment, enfin, l'archi- tecture n'est pas l'esclave d'un systente hieratique de proportions, mais au contraire peut se Il10(llil('l' sans cesse et trouver (les applica- tions toujours nouvelles, (les rapports proportionnels, aussi bien qu'elle trouve (les zipplications varices a l'intini des lois (le la geonie- trie; et c'est, qu'en effet les proportions sont filles (le la geoiinätrif- aussi bien en architecture que (tans l'ordre de la nature inorganique et organique. Des proportions en zirchitecture sttablissent. (l'abord sur les lois (le la stabilite, et les lois de la stabilite (lerivent, de la geonlctrie. Un triangle est une figure entierement, satisfaisante, parfaite, en ce qu'elle donne l'idec la plus exacte (le la stabilite. "Les lilgirptiens, les Grecs, sont partis de la, et plus tard les architectes du moyen fige n'ont pas fait autre chose. (l'est au moyen (les triangles qu'ils ont (l'abord (ztabli leurs regles (le proportions, parce qu'ainsi ces proportions etaient soumises aux lois (le la stahilite. Ce premier principe (tdnlis, les effets de la per- spective ont: eteapprecies et. sont venus moditierles rapports des pro- portions puis ont etc ctablis les rapports (le saillies, (les pleins et (les vides, qui, pendant le moyen fige du moins, sont (lei-ives des triangles. Nous avons indique mente connnent (lans les menus (le- tails de l'archite(tture les lignes iticlinet-s a ftä", s. 60" et a 30" ont. etc admises connue generatrices des traces de protils. Les triangles (iccep- "les par les architectes (lu moyen fige (somme generaiteurs (le propor- lions sont: l" le triangle isocele rectangle; 2" le triatngle que nous appelons isocele (fgyptfen, dest-il-(lire dont la base se divise en quatre parties, et la verticale tiree du milieu de la base au sommet en (leux parties et (ltälllitfl, 3" le triangle cquilattärail. Il est evident (tig. t) que tout editice inscrit (tans l'un de ees trois triangles accusera tout (l'abord ' Voyez le ncuviäme entretien sur 1 Voyez ce que nous (lisons a": propns du l'emploi lans 11: neuviänze entretien, sur läzf-clzitevtzare. de triangle l'article Omvn, et