339 [ pour]; j? salles A sont. percees, sur les dehors, l'une de trois meurtrieres, l'autre de quatre, et eclairees du cote de la ville par deux fenetres. Cette des- cription fait assez connaitre, le soin minutieux apporte dans Petablis- sement de cette porte. Mais la coupe longitudinale faite surab, que nous presentons fig. 20, rendra encore cette description plus claire. Cette coupe nous montre en A la chaine suspendue d'un cote de la porte a un anneau scelle au flanc de la tour, passant dans l'autre tour par un orifice et retenue par une barre a Finterieur,"lorsqu'on voulait la tendre. La chaine efait un obstacle qu'on apportait en temps ordi- naire, lorsque les herses etaient levees et les vantaux ouverts, a une troupe de cavalerie qui aurait voulu se jeter dans la ville. Meme en temps de paix on craignait et l'on avait lieu de craindre les surprises. En B-,"est le IiPelTt-lel" machicoulis perce en avant de la herse et figure dans plan du premier etage en M. En C, coule la premiere herse, servieidans la chambre carree centrale. En D, est la premiere porte de bois, a un vantail, ferree, barree, ainsi que le fait voir la figure. En E, la rneurtriere commandant le passage, et au-dessus le grand machicoulis carre, central, avec l'un des reduits decrits dans la figura- precedente. En F, le troisieme machicoulis perce en avant de la deuxieme herse; en G, cette seconde herse, manoeuvree du dehors et. ahritee par un auvent P. Enfin, en H, les derniers vantaux. De la salle du deuxieme etage, par l'oeil I, on pouvait commander la manoeuvre des herses; car il ne faut pas oublier que le commandement se faisait toujours du haut. Un formidable systeme de machicoulis doubles en bois et. hourds, defendait en outre, en temps de guerre, les approches de la porte. Les scellements de cet ouvrage de charpenterie Sont. au- jourd'hui parfaitement visibles. En cas de siege, on etablissait donc en avant du machicoulis B un double hourdage, avec premier machi- coulis K et second mächicoulis L. Ce double hourd etait couvert et cre- nele fläircheres. Il formait. auvent alu-dessus d'une niche dans laquelle est placee une fort. jolie statue. de la sainte Vierge. On ne pouvait descendre dans ce double hourd que par la baie N et des echelles; de telle sorte que si ces hourds etaient pris par escalade, ou brilles. laassaillant n'etait pas pour cela maitre de la defense. Dans la partie su- perieure, nous avons figure les hourds poses. Toute la defense active s'organisent a Fetage superieur NI, Fetage 0 ne servant que de depüt et de salle de reunion pour la garnison. Celte salle O est largement eclairee par de belles fenetresl du cote de la ville. Nous donnons (fig. 21) le plan de Fetage M superieuif, dont le plancher etait 'de- bois. En WZ, sont les chemins de ronde de la defeilse, et en X une partie des hourds en place 2. La figure 22 presente Felevation exterieure de la porte Narbonhaise, avec son grand hourdage de bois au-dessus de Pentree et leshourds (le ' VOyOZXFENETREtÜg. 40. 3 Ce-(plan Est a] 0'200? pour mätre.