327 PORTE donnant sur le dehors et d'une fenelre F donnant sur la ville. Elles sont, en outre, munies de chenninees (l. Par les couloirs E, on arrive, soitä la grande salle S, largement eclairee du cote de la ville par cinq fenetres, soit aux escaliers il vis qui montent aux defenses supe- rieures. Des latrines sont disposees en L, et une vaste oheniinee s'ouvre en K. On conviendra que ces dispositions, soit comme defenses, soit zi 1x ( 6L I Il comme postes, sont remarquablement. entendues. La grande salle S, ayant 22 metres de longueur sur 8 metres de largeur, pouvait servir de dortoir ou de lieu de reunion a une garde de vingt-cinq hommes, sans compter les defenseurs veillant dans les corps de garde du rez- de-chaussce et dans les trois etages des salles rondes. Ainsi un poste de cinquante a soixante hommes pouvait facilement tenir dans cet ouvrage en temps ordinaire, et, en cas d'attaque, il etait aise de dou- bler ce nombre de defenseurs sans qu'ilyef1t d'encombrement. Si l'on continue a gravir les deux escaliers a vis, on arrive au second elage (fig. M), et l'on penetre, soit dans les (leux salles circulaires A, soit dans les deux echauguettes B, donnant entree sur un chemin de ronde Crenele C, du cote de la ville, et permettant aux defenseurs de sur- veiller les abords de la porte a Finterieur. Les salles A sont. percees chacune de deux meurtrieres, d'une fenetre F, et communiquent au jeu de la herse situe en H, et au hourd situe en D, par 165 dBUX COU- loirs G. En montant encore par les escaliers a vis, on arrive au troi- sieme ettage (fig. qui est Fetage specialement consacre a la defense. Voyez Mzunmxisnn,