151 [ PILIER ] AVezelay meme, dans la nef, au-dessus des arcliivoltes des bas cotes, des pilastres portent les formerets de la grande voüte, tandis qu'on ne voit jamais de pilastres employes dans les edifices romans de Plle-de- France. Le pilastre est quelquefois employe aussi dans certains monu- ments romans de la Provence, et il est habituellement cannele. De fait, dans l'architecture franeaise du moyen äge, le pilastre est une exception; son emploi est du a la presence de monuments romains voisins. Voy. PILIEH. PILIER, s. m. Support vertical de pierre; isole, destine a porter les charpentes ou les voutes des editices. Le pilier appartient a l'architec- ture du moyen äge. Les Grecs ni les Romains n'elevaient, a propre- ment parler, (le piliers, carce nom ne peut etre donne a lacolonne, non plus qu'a ces masses epaisses et compactes de blocages qui, dans les grands edifices romains, comme les salles des Thermes, par exemple, supportent et contre-butent les voütes. Le pilier est trop grele a lui seul pour resister a des poussees obliques; il faut, pour qu'il puisse conserver la ligne verticale, qu'il soit; charge verticalementmu que les resuttantes des poussees des voütes agissant sur lui se neutralisent de maniere a se resoudre en une pression verticale. Lorsque les nefs d'eglises, les salles, etaient couvertes par des charpentes, il n'etait pas besoin de donner aux piliers une force extraordinaire, et de chercher. parla combinaison (le leur section horizontale, a resister aux pres- sions obliques des voütes; mais des que l'on pretendit substituer la voüte aux charpentes pour fermer les vaisseaux, les constructeurs singenierent. pour donner aux piliers des formes propres a remplir cette nouvelle destination. Ils augnienterent d'abord demesurement le diametre de la colonne cylindrique, puis ils grouperent plusieurs colonnes ; puis ils cantonuerent les piliers a section carree de colonnes engagees : ils chercherent ainsi des combinaisons resistantesjusqu'au moment ou l'architecture adopta,versle milieu du xue siecle, un systenie (le structure entierement nouveau. Alors le pilier ne fut plus que le derive de la voüte ou de la pression agissant sur lui. Mieux que tout autre membre de l'architecture, le pilier, pendant le moyen age, exprime les essais, les efforts des architectes et les resultats logiques des principes qu'ils admettent au moment ou l'art vient aux mains des ecoles laiques: aussi devrons-nous entrer dans des explications assez etendues a propos des curieuses transformations que subit le pilier du xe au xve siecle. Dans la basilique romaine, le pilier n'est autre que la colonne por- tant un mur vertical, soit au moyen de plates-bandes, soit au moyen (tares. Sur deux rangs de colonnes selevaientjdeux murs; sur ces deux murs, de l'un a l'autre, une charpente. Pression verticale assez faible