363 FAiT: entre un petit, goujon de fer. La partie superieure de ce goujon, depas- sant le lit B, reqoit une feuille dlärable A proprement moulee et ver- nissee. Ces faitieres datent du commencement du XIVe siecle L'oxyda- tion des goujons etle peu d'assiette de ces ornelnents (levaient souvent MM W" f, f J A Q-f "Nx fÄ N ,Ä M B JWE f; H JÜÄI AWUJJA? 0M " if m m'y WIWJIHH]: 4lxäitixx' ffyajlvw] f M 51:13 i J 4-- causer la brisure de ces tiges delicates. Cependant on pretenflait de plus en plus donner de l'importance aux crelves de terre cuite ; on re- vint donc, vers le xve siecle, aux soudures avant la cuisson, mais en fai- santporterles ornements eleves aux sous-faitieres qui etaient courtes, r; Q a Eu y O A f. f" 9 {ha V" a A "N W "M fw l- p: x1- [1 1h il. Üi1"i_"' il W" LÄUV TUIJ J "f imunmmnnnamnmmuw WYMM ü A si et ne decorant les faitieres de recouvrement que d'ornements P611 saillants. C'est suivant ce mode qu'etaient fabrique-es les anc1ennes faitieres du comble de la cathedrale de Sens, dont la couverture de tuiles vernissees date de la fm du xve siecle (fig. 7). Les SOHS-faitiäfeä A