357 FABLIAU 1Unc hrrvbiz fors 1111 sailli. chors rlist Adam Dame prenez fücstz: hrehiz, si 111 gardez; 1'l':111t nos 41011111 lut ct fromage, IASSÜZ i aurons compenagc. Exfuin on son cucr porpensoit Quc 5'010 encore une on m'ait, Plus belle estrnit la cunpaignic. Ele a ln vvrgc tost saisie, En la mer fvri ruidmnent Un Leus (loup) on saut, la brcb GrnnL alüurc m granz galas S'en va li Lcus fuirmt au bus QunnL Evc vit qui-lu a perdu: Sa hrebiz, 5'011: n'a 111110, Bret. et cric forment, ha! ha! 181111111 lu verge reprise n, En la mcr iicrt par maulnlcnt, Un chien en saut haslivcmcnt. 1. 17. prcx Gfest leste, vif, comme une fable de la Fontaine. Le Greateur qui prend en pitie ceux qifilvient de punir, la bonhomie dÄ-Xdam qui remet la brebis a sa menagere; lindiscrele ambition d'Eve, l'intervention de l'ho1n111e qui retablit 1e bon ordre par un nouvel effort; des actes qui denotent les pensees, pas de discours, pas de reproches: c'est le monde qui marche tant bien que mal, mais qui va toujours, et des spectateurs qui regardent, observent et rient. Pour naif ce ne Festpas, ce ne l'est jamais. Ne demandez pas a nos trouveres ces developpemenls de la passion violente, la passion les fait sourire comme tout ce quiest exa- gere; s'ils ont un sentiment tendre a exprimer, ils le font en deux mots : ils ont la pudeur du coeur, s'ils n'ontpas toujours la parole cha- tiee. Jamais dans les situationsles plus tragiques les personnages ne se repandent en longs discours. N'est-ce pointla une observalion tres-vraie des sentiments humains? Quand le seigneur de Fayel a fait manger le coeur du chatelain de Goucy a sa femme, il se contente de lui dire en lui montrant la lettre quenvoyait le chevalier a son amie : a C'est d'on chastclain de Coucy. 11 En sa main la lettre li baille, 41 Et li dit r Dame, crees sans faille u Que vous son cuer mengie aves. n La dame se repand-elle en impreeations, tord-elle ses bras, fait-elle de longs discours, exprime-t-elle son horreur par des exclamations? L'auteur nous dit-il qu'elle devient livide, qu'elle reste sans voix, ou ne peut articuler que des sons rauques? Non, l'auteur comprend que pour un peu cette vengeance, qui se traduit par un souper degoüiälnt, V-"l tomber dans le ridicule. La passion et le desespoir de la femme s'expri-