{ ESCALIER ] 392 de facon que le devant de chaque marche soit place du cote du coeur du bois, le devant des nlarches etant la partie qui fatigue le plus. S'il reste quelques parties d'aubier ou de tlaches, elles se trouvent ainsi dans la queue de la marche, qui ne subit pas le frottement des pieds. (Jette faeon de prendre les marches en plein bois, le devant vers le coeur. a en outre l'avantage (Vempecher les bois de se gercer ou de se gauchir, les sciages etant precisement faits dans le sens des gerces. Ce dehil- lardement des marches ne perd aucune des parties solides et resistantes du bois, les marches se trouvent toutes dans les memes conditions de durete, et il reste en M de belles dosses qu'on peut utiliser ailleurs. On reconnait que les constructeurs ont, soit pour les limons, soit pour les marches, choisi leurs bois avec grand soin, afin d'eviter ces disloca- tions et ces gerces si funestes dans des ouvrages de ce genre. Quelque- fois, mais rarement, les marches sont de noyer ou de ch├Ątaignierl. Ces premiers principes de construction poses, examinons d'abord un escalier a deux rampes et a paliers avec marches palieres, limons droits et poteaux d'angle : c'est l'escalier de charpente le plus simple, celui qui se construit par les moyens les plus naturels. Voici (fig. 27), en A, le plan d'une montee etablie d'apres ce systeme. La premiere marche est en B, on arrive au premier palier G; on prend la seconde rampe dontla marche est en D, on montejusquau palierE, qui est au ni- veau du premier etage, et ainsi de suite pour chaque etage. L'echelle du plan est de 0'101 pourmetre. Faisons une coupe longitudinale surab, et presentons-la au double pour plus de clarte. Ces quatre poteaux d'angle montent de fond et. se posent sur un parpaing de pierre. Le premier limon repose egalement sur cette assise et vient s'assembler dans le poteau F, qui reeoit a mi-bois la marche paliere G, soulagee encore par une potitrelle assemblee a tenons et mortaises, et reposant sur 1e ren- fort H. Passons a la troisieme rampe, qui est semblable en tout a la seconde, et qui est figuree dans la coupe. Le limon est soulage dans sa portee par un goussetl et un lien K. Les grands liens sont surtout necessaires pour empecher le roulement et les poussees qui ne man- quent pas de se produire dans un escalier de ce genre, s'il dessert. plu- sieurs etages; ils roidissent tout le systenae de charpente, surtout si, comme nous l'avons trace, on etablit un panneau ajour dans le triangle forme par le poteau, le limon et ce lien. Les montants des balustrades sont assembles dans les limons, et leurs mains coulantes dans les poteaux. Examinons maintenant comment se combinent les assemblages des limons dans les poteaux, les marches palieres, les poutrelles de butee des paliers, etc. Fig. 28 : En A, nous avons trace sur une meme pro- jection verticale les poteaux en regard, la marche paliere, la marche d'arrivee et celle de depart (c'est le detail de la partie L de la fig. 27) ; en B, est figure le poteau ; en G, la poutrelle de butee avec son double Particulibrement dans le centre de la France.