M5 [ ECHAUGUETTE Dans les plus anciennes fortifications du moyen age, il y avait des echauguetles. Il est a croire que ces premieres echauguettes etaient de bois, comme les hourds, et qu'on les posait en temps de guerre. Tous les couronnements de forteresses anterieures au x11" siecle etant detruits, nous ne pouvons donner une idee de la forme exacte de ces echauguettes primitives. Lorsqu'elles ne consistaient pas seulement en petites loges de bois, mais si elles etaient construites en maconnerie, 0e nctaient que de petits pavillons carres ou cylindriques couronnant les angles des defenses principales, comme ceux que nous avons figures au sommet du donjon dufchateau dlArques (voy. DONJON, fig. 7, 8 et 9). Les premieres echauguettes permanentes dont nous trouvons des exemples ne sont pas anterieures au X118 siecle : alors on les prodiguait sur les defenses; elles sont. ou fermees, couvertes et munies meme de cheminees, ou ne presentent qu'une saillie sur un angle, le long d'une courtine, de maniere a offrir un petit flauqucment destine a faciliter la surveillance, a poser une sentinelle, une guette. (Tetaitp articulieife- ment dans le voisinage des portes, aux angles des gros ouvrages, au sommet des donjons, que l'on construisait des echauguettes. Nous voyons quatre belles echauguettes couronnant le donjon de Provins (voy. DONJON, fig. 27 et suivantes); celles-ci etaient couvertes et ne pouvaient contenir chacune qu'un homme. Quelquefois Fechau- guette est un petit poste clos capable de renfermer deux ou trois soldats, comme un corps de garde superieur. Au sommet du donjon de Ghambois (Orne), il existe encore une de ces echauguettes, du xmf siecle, au-dessus de la cage de l'escalier du xnä, Voici (fig. 1) l'aspect interieur de ce poste, qui peut contenir quatre hommes. Il est voüte et surmonte d'un terrasson autrefois crenele. Une petite fenetre donnant sur la campagne Peclaire; une cheminee permet de le chauffer; ä droite de la cheminee est la tablette destinee ä recevoir