[ DONJON j 84 vent, dans ces peintures, les artistes interpretaient de la facon la plus singuliere les traits de l'histoire grecque et romaine, les soumettant aux moeurs chevaleresques de Pepoque. Hector, Josue, Scipion, Judas Machabee, Gesar, se trouvaient compris parmi les preux, avec Char- lemagne, Roland et Godefroy de Bouillon. Les heros de l'histoire sacree et profane avaient leurs armoiries tout comme les chevaliers du moyen äge. Des hommes qui se piquaient de sentiments chevaleresques, qui consideraient la courtoisie comme la plus belle des qualites, et la so- ciete des femmes comme la seule qui put former la jeunesse, devaient necessairement abandonner les tristes donjons du temps de Philippe- Auguste. Cependant il fallait-toujours songer a la defense. Au XIVe sie- cle, la feotlalite renonce aux gros donjons cylindriques; elle adopte de preference la tour carree tlanquee de tourelles aux angles, comme plus propre a l'habitation. C'est sur ce programme que Charles V fit rebatir le celebre donjon de Vincennes, qui existe encore, sauf quelques mutilations qui ont modifie les details de la defense 1. Ce donjon, com- mandant les dehors et place -sur un des grands cotes de l'enceinte du chateau, est protege par un fosse revetu et par une chemise carree, avec porte bien defendue du cote de la tour du chateau. Il se coin- pose, comme chacun sait, d'une tour carree de 40 metres de haut envi- ron, avec quatre tourelles d'angle montant de fond. Sa partie supe-_ rieure se defend par deux etages de creneaux. Il fut toujours couvert par une plate-forme posee sur voüte. A Pinterieur, chaque etage etait (livise en plusieurs pieces, une grande, oblongue, une de dimension moyenne, et un cabinet, sans compter les tourelles; ces pieces pos- sedaient, la plupart, des cheminees, un four, et sont eclairees par de belles fenetres terminees par des archivoltes brisees. Deja le donjon du Temple a Paris, acheife en 1306 2, avait ete bäti sur ce plan; sa partie superieure, au lieu d'etre terminee par une plate-forme, etait couverte par un comble en pavillon avec quatre toits coniques sur les tourelles d'angle; mais le donjon du Temple etait plutot un tresor, un depot de chartes, de finances, qu'une defense. Nous croyons inutile de multiplier les exemples de donjons des X1113 et XlVe siecles, car ils ne se font pas remarquer par des dispositions particulieres. Ils sont carres ou cylindriques : s'ils sont carres, ils res- semblent fort aux tours bäties a cette epoque et n'en different que par les dimensions (voy. ToUn) ; s'ils sont cylindriques, apartir de la fin du XIIIe siecle, ils contiennent des etages voütes, et ne sauraient etre compares au donjon de Goucy que nous venons de donner. Ce n'est qu'au moment ou les moeurs feodales se transforment, ou les seigneurs 1 a Ite-zn, dehors Paris (Charles V fit bätir), le chaste] du bois de Vincenncs, qui moulf, u est notable et bel... n (Christine de Pisan, le Livre des faics et bonnes meurs du sage roy Charles.) 2 Dubruil, Antiquitäs de Paris.