DONJON de pierres, de poutres, d'eau bouillante sur les assaillants. De la (ange d'escalier ä revolution que nous avons observee ä droite dans les plans du rez-de-chaussee et du premier etage, par la rampe detournee prise aux depens de Pepaisseur du mur, on arrive au couloir S, qui, par une petite porte, permet d'entrer dans la salle De sorte que si, par surprise ou autrement, un ennemi parvenait ä franchir la rampe E', les defenseurs pouvaient passer par le couloir S, se derober, descendre 3 g 7' Q f T ÄX g _ J. .1. 1I_l__ D ä ' f-w f ' l! TER x f I f XXXL Xi; f 11H 5.11 X V. a I " q f EN MW" v A T fi W V14 par la cage de l'escalier I (plan du rez-de-ctiaussee), sortir par la porte G, aller chercher l'issue M communiquant. avec le fosse; ou en- core remonter par l'escalier N, passer dans la tour B (plan du premier ätage), rentrer dans la salle J' par Fantesalle P, prendre l'escalier a vis, et se joindre a la portion de la garnison qui occupait encore la moitie du donjon. Si, au contraire, Fassaillant, par la sape ou l'escalade (ce qui n'etait guere possible), s'emparant de la salle JW (plan du deuxieme etage, fig. 3), les defenseurs pouvaient encore se derober en sortant par Pantesalle P' et en descendant les rampes T communiquant, ainsi que nous l'avons vu, soit avec la salle J' du premier (Stage, soil. avec l'esca- lier N. Ou bien les defenseurs pouvaient encore monter ou descendre l'escalier a vis 0, en passant a travers le cabinet V. Du palier T on