395 [ 01mn: ] rement. Plus tard, pendant les xiv" et xve siecles, ces sortes de cretes se composent d'ornements reguliers termines par des feuillages (fig. 5). Sur les charpentes recouvertes d'ardoises ou de metal, on posa pres- que toujours des cretes de plomb des le X1118 siecle. La presence de ces cretes de plomb etait motivee par la combinaison meme des charpentes qui consistaient, ainsi que nous venons de le dire, en une suite de che- vrons non relies entre eux par des sous-faites et des pannes. Le poids de la crete de plomb placee au sommet de ces chevrons assurait leur stabilite. Des cretes de plomb sur des edifices anterieurs au xv" siecle, il ne reste plus trace; on ne peut constater leur presence que sur les bas-reliefs, les vignettes des manuscrits, et sur les chasses faites souvent en forme de petites eglises. C'est dans ces objets dbrfevrerie qu'il faut necessairement aujourd'hui aller chercher les modeles des cretes de metal des x11", X1112 et XIVe siecles, et ces modeles sont nombreux. Tou- tefois, si l'on veut se servir de ces cretes d'orfevrerie pour les appli- quer a des monuments, il faut tenir compte de la dilference d'ecl1elle et modifier le dessin en consequence. Telle crete de chasse d'une hauteur de 5 a 6 centimetres, qui produit un bon effet, deviendrait. lourde et massive si l'on se contentait de la grandir a un metre de hau- teur. Uexperience seule peut indiquer. les dimensions et proportions qu'il faut donner aux decorations qui se decoupent sur le ciel. Tel ornement qui semble bien compose et proportionne dans l'atelier est disgracieux, lourd ou confus, place a 30 metres delevation et se deta- nhant en silhouette surle ciel. Dans cette position, ilarrive, parexemple, que les parties (lelicates son. devorees par lu lumiere, et les parties pleines, an contraire, skilourdissenten perdantleurs details. Les dessins larges, bien accuses, faciles a saisir, simples de modele, sont ceux qui produisent Felfet le plus satisfaisant. D'ailleurs, pour que ces sortes de decorations soient comprises, il est necessaire que le meme dessin se repete un grand nombre de fois. Il faut donc penser, en composant