335 t conuicnic j niiers A tries-saillants recevant un cheneau conduisant les eaux dans des gargouilles espacees. Peu apres la pose des corniches A, les architectes de la cathetlrale ajouterent une seconde assise B au larmier primitif, pour lui donner une apparence plus mate et. pour eviter le (lemaigrisse- ment C, qui pouvait faire craindre des ruptures. Dam ces larmiers A avaient ele destincsa porter une balustrade, quifut rcnlplzicee lorsqu'on reposa la seconde assise B 1. On observera que chaque crochet ornant la premiere zissise D est sculpte dans un morceau de pierre, comme s'il remplissait l'office d'un corbeau. Les corniches de la cathedrale de Paris peuvent etre considcrces comme les plus belles parmi celles du commencement. du xm" sieele; celles de lafaeade olfrent cette pal-Lieu- larite unique que leurs larmiers sont pris dans deuxassises, afin de pou- voir leur donner une plus forte saillie. Ainsi, la corniche qui couronne la galerie qui pourtourne les tours et les reunit, est conlposee de trois assises: une assise de crochets et feuilles et deux assises de larmiers t;_tig.17); lassise superieure est percee de trous de distance en distance, sous la balustrade, pour laisser ecouler les eaux tombant sur les ter- rasses (voy. GHENIJAU, fig. 2). Le larmier remplit ici l'office d'un egout trias-saillziiit, destine a eloigner les eaux des parements. Habituellement les larmiers sont pris dans une seule hauteur d'assise; mais les details de la facarle occidentale de la cathedrale de Paris sont d'une dimension au-dessus de l'ordinaire, et il semble que l'architecte a qui on doit la partie superieure de cette facade, destfit-tlire les deux tours avec leur galerie ajour (1230 environ), ait voulu donner aux mem- bres de l'architecture une importance relative tries-grande. La corniche superieure des deux tours, qui etaitdestineea recevoir la base de tleches de pierre, dont la construction ne fut qdamorcee, est unique comme hauteur d'assises dans le style gothique ancien. Elle se compose de deux assises de crochets, chacune de ces assises ayant Omffä de hauteur entre lits; d'un larmier surmonte de deux assises en talus, et de la balustrade posee lorsqu'on renonea a continuer la construction des lleches. Chaque crochet est taille dans un bloc de pierre enorme, ainsi que le fait voir notre figure 18; les assises du larmier et de la pente au-dessus sont (zramponnees tout au pourtour par des crampons doubles A, tenant lieu d'un quadruple chainage. On voit que l'architecte avait pris ses precautions pour pouvoir elever ses fleches sans danger. Cependant les larmiers de corniches du commencement du X1118 siecle parurent probablement avoir des proüls trop anguleux et. rigides 1 A la cathedrale de Chartres, on voit deux lamiers superposes au sommet des cha- pelles et du choeur; il est evident que les architectes du commencement du xm" siäcle särpereurent, ä leurs de'pens, qu'en posant une tablette mince sur la premiärc assise de corniche, mais beaucoup plus saillante que ne Fetaient les tablettes romanes, il 50 PPO- duisait des ruptures. lls doublerent donc ces tablettes d'abord, puis en vinrent ä les faire plus epaisses.