[ DEVELOPPEBIENTS l 199 L CONSTRUCTION j traces fournis par un architecte du Nord qui peut-elre ne sejourna guere ldans cette ville; ce qui nous le ferait croire, c'est quievidemment, l'ar- chitecte a evite toute difficulte exigeant une decision sur place. ces dif- ficultes qu'on ne resout pas par un dessin, mais par des explications donnees aux appareilleults et aux ouvriers meme surle chantier, en sui- vant de l'oeil leur travail, en prenant au besoin le trousquin, la regle, Fequerre, et, se couchant. sur l'e'pure. L'architecte, par exemple, a pres- que entierementJlans les voütes de cet editicegenonce aux sommiers me ä i ä m communs a plusieurs arcs: il a donne la courbe de chacun (le ces arcs, leurs profils; on les a tailles chacun sans avoir a s'occuper (le l'arc voi- sin, et le mailre poseur est venu arranger tout cela comme un jeu de patience. Mais pour faire apprecier la singuliers inethode de construc- tion elnployee dans le chaleur de Feglise Saint-Nazaiire de Garcassonne, i] est utile de donner d'abord la moitie du plan de ce choeur avec son tfanssept (figi 409). Nous voyons dans ce plan la projection horizontale des voütes; elles ont toutes leurs clefs au meme nixfeau ou peu s'en faut, bien que leurs dimensions et leurs formes soient dissemblables; neces- sairenlent les naissances (le ces voütes se trouvent des lors a des ni- veaux tres-differents. Il faut voir encore la coupe generale de cettecon- structfion sur AB: Lfarchitecle avait pense fermer les "voutes G lflg, 1110),