eoNsTRUm-ion ] 170 [ DEVELOPPEMENTS ] niveau P, nous obtenons la figure 95, sur laquelle nous avons trace, par des lignes blanches et ponctuees, la combinaison de lappai-eitalter- natif des assises. En S, est un massif solidement bati, non point en blocage, mais au moyen d'assises superposees iormzinttas de trharge et portant la bascule du contre-fort de la galerie superieure. Si nous pons verticalement la pile suivant son axe MN, nous trouvons cette con- construction (fig. 96). A est le niveau des chapiteaux a la naissance des voutes du bas cote; B, le sommier de ces voütes avec son cliainzige pro- visoire R, pose seulement. pendant la construction, afin de maintenir A i: le devers des piles et d'arreter la poussee des ai cs lateiaiix JUSQU a ce 1' '14 l)l0'1l1 uiest. que ces piles soient cliaigees (voy. GHAiNAGii), G, laic dou q libre; D, les assises en encorbellement recevant le contre-tort E de la galerie du preniier etage. Ce contre-foit, compose de grands morceaux de pierre poses en delit, est relie a la pile maitresse I par un linteau interniediaire F. En G est l'assise formant couverture de la galerie, pas- sage superieur au niveau de l'appui des fenetres hautes et liaison. En H, la colonne isolee, composee de grands morceaux de pierre comme le contre-fort, par consequent rigitle, laquelle vient soulager la tete de 1_ Parc-boutant. Toute la itliarge est ainsi reportee sur la pile I, il aboid parce que c'est sur cette pile que naissent les arcs des voutes, puisparce que le contre-fort E, ainsi que la colonne H, ertant composes de pierres en delit, le tassement et la charge, par consequent, se produisent sur cette pile I. Cette charge etant beaucoup plus considerable que celle s'appuyant. sur le contre-fort E, il en resnlte que les assises D en encor- bellement detruisent completenient la bascule ou le porte a faux du con- tre-fort. E. ljarc-doubleau C est libre; il ne peut etre (lefornie par la pression des piles E, puisqu'elle n'agit pas sur ses reins. tlette construc- tion est. fort simple, encore fallait-il la trouver; mais voici qui indique la sagacite extraordinaire des maitres de l'oeuvre de cette partie si re- marquable de la catliedrzile d'Amiens. Les bas cotes et chapelles rayon- nantcs du rond-point de cet edifice donnent en plan horizontal, au- dessus des bases, la figure 97. Les arcs-boutants qui contre-butentla poussee des ventes superieures sont a double volee, c est-a-dire qu ils chargent sur une premiere pile posee sur les faisceaux A de colonnes, et sur une seconde pile posee sur les culees B. En coupe, Suivant ÜB, ces arcs-boutants presentent le profil fig. 98. Cette coupe fait assez voir que si la charge portant surales piles G est considerable, celle por- tant. sur les piles A est plus puissante encore, en ce qu'elle est active, produite non-seulement par le poids du contre-fort D, 1112115 parla pres- 1 l: SlOll de larc-boutant. Toute construction composee d assises tasse, et ce tassement. est d'autant plus prononce, que la charge est plus forte. Un tassement se produisant sur les piles G n'aura aucun danger S1 les piles A tassent moins; car, en examinant la coupe fig. 98, on verraque l'abaissement de quelques millimetres de la pile C, si la pile A resiste, n'aura pour effet que de faire presser davantage Farc-boutant contre les reins des voütes hautes et de bander toute la batisse avec plus de puis-