[ VOUTES ] 125 [ CONSTRUCTION "j qui sont en grande partie le resultat d'un raisonnement. Les Normands Ont toujours ete plutot des praticiens hardis que des inventeurs : ils ont. su, de tout temps, s'approprier les decouvertes de leurs voisins et en tirer parti chez eux. Il ne faudrait pas leur demander ces efforts de l'imagination, ces conceptions qui appartiennent aux genies plus meri- dionaux, mais bien des applications ingenieuses, reflechies, une execu- '74 w 93x av: ffäf w 5 "J K zfgigzg rzdx x . -_i fi ' Ji H F" A W-f f:l'lii 1j Üäf ML", WWÜP tion suivie et savante, la persistance et le soin dans Fexecution des de- tails. Ces qualites se retrouvent dans les edifices anglo-normunds bätis pendant les xne et xnf siecles. Il ne faut pas demander aux Anglo- Normands cette liberte (Fallures, cette variele, cette individualite que nous trouvons dans notre construction francaise. Chez eux, une me- thode passe-t-elle pour bonne et pratique, ils la perfectionnent, en etendent les consequences, en suivent les progres et s'y tiennent, Chez nous, au contraire, on cherche toujours et l'on ne perfectionne rien. Les constructions anglo-normandes sont generalement executees avec 11631100111) plus de 50111 que les notres; mais en connaitre une, c'est les connaitre toutes : on n'y voit point eclater ces inspirations neuves, har- dies, qui ont tourmente nos architectes des premiers temps de l'art go-