[ QQNSTRUCTION ] 74 YOUTES ] xniers des deux voiltes, nous reduisons les poussees obliques en une pesanteur verticale, nous en prevenons les effets, elles n'agissent pas. C'est ce ue nous a elons la mäthode räventive. q PP P f, v Il Q Il y a donc ceci de tres-subtil dans ces constructions : 10 que l'arc- boutant est simplement un obstacle oppose, non point aux pressions obliques, mais a leurs effets, si Fequilibre venaitä se deranger; 20 qu'il permet au constructeur de profiter de ces pressions obliques dans son sysleme general, sans craindre de voir Peconomie de ce systeme derangee par un commencement (l'action en dehors de Pequilibre. Mais toute l'attention des constructeurs, par cela meme, se porte sur la parfaite stahilite des contre-forts recevant les poussees des arcs-houtants, car Pequilibre des forces des diverses parties de Pedi- lice depend de la stabilite des culees exterieures. Cependant les archi- tectes ne veulent ou ne peuvent souvent donner 51 ces culees une epais- seur suffisante en raison de leur hauteur; il faut donc les rendre fixes par des moyens factices. Nous avons un exemple de liemploi de ces moyens dans Feglise meme de Saint-Remi de Beims, plus franche- ment. accuse encore dans le choeur de lläglise Notre-Dame de Ghälons, auquel nous revenons. Nous presentons dlabord (fig. M) le plan d'une travee de cette abside, en A a rez-de-chaussee, en B ä la hauteur de la galerie voütee du pre-