511 du) forts (voy. Gounumz); ou si l'on admettait les gargouilles, ce qui eiait le cas le plus ordinaire, on etablissait un caniveau de pierre au-des- sous d'elles, tout autour du preau, pour recueillir les eaux et les en- voyer, par des pertuis, dans la citerne. Quelquefois meme ce caniveau