CLOITRE ] 444 laquelle s'ouvre une belle salle capitulaire dont les piles d'entree sont richement decorees de sculptures, d'ornements et de slatues d'cveques (voy. SALLE capitulaire). Ce cloiire, ainsi que ses dependances, efait autrefois crenele du cote exterieur, afin de pouvoir, au besoin, se defendre contre un coup de main. La construction des galeries est large, simple, bien concue et bien executee. Voici (fig. 27) le plan et (fig. 28) Pelevafion exterieure d'une des tra- vees du cloitre de la cathedrale de Noyon. La claire-voie est. complete- ment ä jour, sans verrier-es, et son archivolte sert de formeret aux LLAVÄ JkmMu-äm, Xff X. x 27 Xff N x 44' X XKK W K": X XX. f, X 1d A, X f iiliÄvlPf XÜ-ar. " 'l1faj;;;fjA; 0 xi PfiARD frriazii ' äiilzzslij wfnfs 2325133311143: ifikkixikä; ffyaiääüiääz; fÄtdQÄrfmHÄf. voütes en arcs dbgive; du cote du mur, les arcs portent sur des culs- (le-lampe sculptes, afin de ne pas gener la circulation par la saillie de piles engagees. Aujourd'hui la construction est derasee au niveau A (tig. 28) ; les gargouilles, pinacles, larmiers et balustrades qui couron- naient certainement la belle corniche feuillue n'existent plus. Nous donnons en B une coupe sur l'axe de la travce, qui fait voir Fextreme simplicite de cette construction, ne consistant reellenlent, qu'en des contre-forts reunis par des archivoltes recevant l'intrados des voütes. Il est bon dtexaminer ce cloitre apres celui de Peglise de Scmur que nous avons donne (fig. ces deux petits editices sont contempo- rains, ils ont etc eleves entre les annees 1230 et 1240. On peut observer ici la ditference des deux ecoles bourguignonne et francaise : la premiere hardie, elegante, avec un mclange de rudesse, employant des materiaux resistants et sachant en tirer les avantages resultant de leur nature; l'autre fine, sobre, possedant un sentiment