1.65 [ GHATEAU j y etaient appeles. Des la fin du x111" siecle, ces dispositions sont deja apparentes, quoique moins bien tracees que pendant les x1vt et xve siecles. Cela s'explique. Jusquäi la fin du X111" siecle, le regime feodal, tout: en satfaiblissant, avait encore conserve la puissance de son organisa- tion. Les seigneurs pouvaient s'entourer d'un nombre d'hommes surs assez (fonsiderable pour se defendre dans leurs chateaux; mais a dater du x1ve siccle, les liens feotlaux tendent a se relacher, et. les seigneurs possedamt de grands fiefs sont obliges, en cas de guerre, d'avoir re- cours aux troupes de mercenaires. Les vassaux, les hommes liges meme, les vavasseurs, les villages ou bourgades, rachetent a prix d'argent le service personnel qu'ils doivent au seigneur feodal, et celui-ci qui en temps de paix trouvait un avantage a ces marches, en cas de guerre se voxfait oblige denroler ces troupes d'aventuriers qui, a dater de cette epoque, n'ont d'autre met-ier que de louer leurs services et qui deviennent un fleau pour le pays, si les querelles entre seigneurs sapaisent. Le duc Louis (TOI-leans, construisant le chäteau de Pierrefonds, adopta ce programme de la maniere la plus complote. Le batiment qui renferme les grand salles du chateau de Pierre- fonds occupe le ctätti occidental du parallelogramme formant le peri- melre de (telle residence seigneuriale. Ce batiment est a quatre etages: deux de ces etages sont voutes et sont au-dessous du niveau de la cour, bien qu'ils soient eleves au-dessus du chemin de ronde exte- rieur d; les deux derniers (lonnent un rez-de-chaussee sur la cour et la grandsalle proprement dite, au niveau des appartements du pre- mier otage. La salle du rez-de-chaussee a son entree en r. En face de la porte n du portique, est un banc (lestine a la sentinelle (car alors des bancs etaient toujours disposes 1a ou une sentinelle devait etre postee). Il fallait donc que chaque personne qui voulait penetrer dans la pre- miere salle na fut reconnue. De cette salle on penetre dans une (leuxieme dd, puis dans la grand salle du rez-de-chaussee cc. Des latrines z servaient a la fois au corps de garde M et aux salles du rez- de-chaussee. Une fois casernees dans ces salles de rez-de-chaussee, ces troupes etaient surveillees par la galerie d'entre-sol qui se trouve au-dessus du portique, et ne pouvaient monter aux defenses que sous la conduite d'officiers. D'ailleurs ces salles sont belles, bien aerees, bien eclai- rees, munies de cheminees, et contiendraient facilement cinq cents hommes. L'escalier N a do11ble vis monte au portique (l'entre-sol, a la grand salle du premier etage et aux defensesLa grand salle du premier etage etait la salle seigneuriale ou se tenaient les assemblees; elle occupe tout l'espace compris entre le premier vestibule aa et le mur de refend q, auquel est adossee une vaste cheminee. Son estrade est placee devant