CHATEAU M0 tres-probablement placees en P, avec escalier particulier P' con1muni- quant aux caves; elles possedaieut une cour particuliere en R a laquelle on arrivait sous la chapelle, dont le rez-de-ehaussee reste ajour. Les tours G, D, S, T, possedent deux otages de caves ettrois etages de salles au-dessus du sol, sans compter Fetage des combles. Elles sont, comme on le remarquera, tres-saillantes sur les courtines, de maniere ales bien tlanquer. (les tours, qui n'ont pas moins de dix-huit metres de diametre hors (DLÜTB sur trente-cinq metrcs de hauteur environ au- dessus du sol exterieur, ne sont rien aupres du donjon, qui porte trente etuninetres de diametre hors oeuvre sur soixante-quatre metres depuis le fond du fosse jusqu'au couronnement. Outre son fosse, ce donjon possede une enceinte circulaire exterieure, ou chemise, qui le protege contre les dehors du cote de la basse-cour. On montait du sol de la cour au chemin de ronde de la chemise par la rampe V, pres de Fentree du donjon. On communiquait des salles P, au moyen d"un escalier, au fond du fosse de la chemise, avec les dehors par une poterne percee en X, munie de vantaux, de machicoulis ct de herses, correspondant aune seconde poterne Y avec pont-levis donnant sur l'escarpement et masquee par la tour (1. Un chemin de ronde inferieur X' voüte en demi- berceail, perce au niveau du fond du fosse, suit la circonference de la courtine, etc-tait evidemment destine a arreter les travaux des mineurs, comme nos galeries de contre-mine permanentes menagees sous les revetements des courlines et bastions. Dans ce souterrain, en X", se trouve une source excellente a fleur de terre, a l'usage de la cuisine. En W, sont des latrines prises aux depens de ltepaissetir du mur de la chemise, pourlcs gardes de cette enceinte et les gens de cuisine. EnZ, ctait une cage avec escalier de bois pouvant etre detruit facilement, qui mettait le souterrain inferieuif en communication avec le chemin de ronde superieuif. Le petit escalierQ, donnant dans la salle P, (lesser- vait la herse et le machicoulis de la poterne X. Le souterrain mfenpur X' se trouvait encore en communication avec l'escalier U desservant les ouvrages superieurs de la porte. Si Passiegeant. s'etait empare de la po- terne X (ce qui etaitdifficile, puisqu'il fallait franchir la premiere porte Y et son pont-levis, traverser le chemin XY sous les projectiles lances de la partie supcricure de la chemise ct du crcnelage ouvert sur le mur J, forcer deux vantaux et, affronter un machicoulis), il se trouvait en face de la herse donnant sur le fond du fosse de la chemise, ayant a sa gauche laportc fcrree qui fermait le bas de l'escalier de la cuisine, et arrete dans la galerie inferieure X' par la source X", qui est un veritable puits dans un souterrain obscur. S'il forcait la herse, ilpene- trait dans le fond du fosse interieur V', lequel est dalle et sans com- munication avec le sol de la cour; battu par les flefenses superieures du donjon qui lui envoyaient des projectiles dtune hauteur de 60 metres et par le chemin de ronde de la courtine, il etait perdu, diautant plus que les hommes occupant ce chemin de ronde pouvaient" descendre par l'escalier Z, passer dans le souterrain X', traverser la source sur