507 CHAPITEAU province, lors de la conquete de Philippe-Auguste. Le chapiteau cubique simple ou divise se rencontre aussi dans cette province; il est souvent fic-Score de peintures, comme on peut le voir encore dans Yeglise Saint- George de Boscherville et dans celle de l'abbaye de Jumieges. Nous retrouvons mcme ces chapiteaux dans des parties carlovingiennes des eglises francaises de FEst. La crypte de Feglise Saint-Leger de Sois- f 1 111111111110 1 11 11111 11 "y Nwfvbiällr111m] 1 .1 Wi"'111 111" 1, "11111111111111111"1111111111. 111" 111111 1111111I11 111 111 P1111 äii P111 R 111W 1 1 "F1, 11 n 111 SOIISACOHUGHÜL encore un chapiteau cubique peint, fort remarquable, qui Pafalt dater du X1" siecle. Nous en donnons une copie (fig. 25). Les orne- IIIGIiItS SOHL blancs sur fond Jaune-ocre. La penetration du cube dans la sphere est tracee par une legere entaille double, ainsi que l'indique le profil fait sur l axe AB, Ce C1111 donne ä ce chapiteau une physionomie partlcuhere. Ce n'est pas la le pur chapiteau rhenan. , De mus ces dlvefs Styles f0mans, dont la variete est infinie et dont nous il aVÜÜS PU-Cllle tracer les caracteres les plus saillants, un seul arrive a une Ifallsformation 51 la fin du X118 slecle : c'est le style francais proprement 2m; Car les chapiteaux suivaient naturellement les progres de l'archi- tecture ARCHITECTURE, CATHEDRALE). Les autres se trainent sur des races VlEIÜIBS, se perdent, ou tombent dans des raffinements puerils.