1191 CIIAPI YEAU colobro abbaye. Ailleurs, pendant les XIG ct xne sibcles, ils sont plus tvapus, moins saillants sur la colonne, moins hauts, et ne sont pas cou- ronnos par ces änonnostailloirs dlun effet si monumental. A Vdzelay, les chapiteaux des colonnes ongagäes des bas cütos ont en hauteur, 1 En l SÄNX .1 EN m? ,f AN xwxykxäxxa. Jiw f! compris le tailloir, le quart de la hauteur du fut, tandis que gcnerale- ment, en Auvergne et dans 1e Berri, ils n'ont guere que le cinquienae ou le sixieme de la hauteur du fut. En Normandie, dans le Maine, l'Anjou et le. Poitou, ils sont plus bas encore, comparativement a la longueur de la colonne. La dimension des materiaux employes etait pour quelque chose dans ces dilferences de proportion. En Bourgogne, les bancs de pierre sont hauts et ont toujours etc extraits en blocs d'une grande dimension, tandis que, dans les provinces que nous venons de designer, la pierre etait, de temps immemorial, extraite par bancs d'une faible epaisseur. Or, pendant la periotle romane, les chapiteaux sont toujours sculptes dans une hau- teur d'assise; jamais un lit ne vient les separer en deux assises. Les cha- piteaux etant, comme tous les membres de l'architecture, tailles et ter- mines avant la pose, il eut etc impossible de raccorder des sculptures faites sur deux pierres. Ce ne fut que plus tard que l'on composa des chapiteaux en deux ou trois assises, et nous verrons comment s'y prirent les appareilleurs et sculpteurs pour rassembler ces divers morceaux ter- mines sur le chantier. Il va sans dire que, si la hauteur des bancs cal- caires inllue sur la proportion donnee aux chapiteaux, la qualite de la Pierre, pendant toute la periodc romane, vient en aide au sculpteur si elle est fine et compacte, gene son travail si elle est grossiere et poreuse. La ou les materiaux permettent une grande (lelicatesse de ciseau, les chapiteaux sont sculptcs avec une rare perfection; ils se couvrent de