CATHEIJIL-XLE 336 comprise entre les axes des piles exterieures des bas cotes, du moment que la portion du cercle absidal sera divisee en sept parties. Nous avons vu, dans le plan de l'abside de la cathetlrale de Chartres (fig. 12), que les chapelles sont mal plantees; les arcs-boutants ne sont pas places sur le prolongement de la ligne de projection horizontale des arcs rayonnants du sanctuaire ; que l'on trouve encore 1a les suites d'une hesitation, des tatonncments. Rien de pareil a Amiens et aBeauvais; la position des arcs-boutants venant porter sur les massifs entre les chapelles rayonnantes est "parfaitement indiquee par le prolongement des rayons tendants au centre deFahsitle. A Amiens, a Beauvais, on ne rencontre aucune irregularite dans la plantation des constructions absidales. L'architecte de la cathedrale de Beauvais avait voulu surpasser l'oeuvre des successeurs de Robert de Luzarches. Non-seulement (fig. 22) il avait tente de donner plus de largeur au sanctuaire de son eglise, mais il avait pense pouvoir donner aussi une plus grande ouverture aux arcades paralleles du choeur, en ifelevant que trois travees au lieu de quatre entre le rond-point et la croisee. Aux angles des transsepts, il projetait certaine- ment quatre tours, sans compter la tour centrale qui fut bätie. Ses cha- pelles absidales, moins grandes que celles d'An1iens et moins elevees, laisserent, entre leurs voütes et celles des bas cotes, rogner un triforium avec fenetres au-dessus l. En elevation, il donna plus (le hauteur äses con- structions centrales, et surtout plus de legerete. Ses efforts ne furent pas couronnes de succes; la construction du choeur etail a peine achevee avec les quatre piles de la croisee et la tour centrale, que cette construction trop legere, et dont Fexecntion etait d'ailleurs negligee, s'ecroula en partie. A la fin du X111" siecle, des piles durent etre intercalees entre les piles des trois travees du choeur (fig. 22), en A, en B et en G (voy. CONSTRUCTION). Une sacristie fut elcvec en D, comme a Amiens, et ce ne fut qu'au commencement du XVle siecle que l'on put songer a terminer ce grand monument. Toutefois ces dernieres constructions ne purent sietendre au dela des transsepts, ainsi que l'indique notre plan; les guerres religieuses arreterent a tout jamais leur achevement "2. La cathedrale dZÄmiens et celle de Beauvais produisirent un troisieme edifice, dans Pexeeution duquel on profita avec sueces des efforts tentes par les architectes de ces deux monuments: nous voulons parler de la eathedrale de Gologne. Nous avons vu que le chceur de la cathedrale d'Amiens avait du etre commence de 1235 a 12110 ; celui de la catheclrale de Beauvais fut fonde en 1225. Mais nous devons avouer que nous ne voyons, dans les parties moyennes de cet edifice, rien qui puisse etre anterieur ä 12110; cependant, en 1272, ce choeur etait acheve, puisqu'on s'occupait deja, a cette epoque, de relever les voütes eeroulees. En 12118, 1 Voy. ARC-BOUTANT, fig. 61. 2 Voyez notre plan ügure 22 : la teinte grise indique les constructions du XVIÜ siäcle; ct le trait le projet de lu nef, qui ne fut janlais mis ä exdcutiou.