321 l cATmtiiaALn l perlectionnelnents a l'art laisse par le xne siecle; il ne pouvait ignorer ce que l'on tentait autour de lui : c'est ainsi qu'il fut amene a terminer les Chapelles du choeur, commencees sur un plan circulaire comme celles de la cathedrale de Noyon, par des pans coupes. Les ornements de la corniche de ces chapelles, les crätfaus des larmiers dont parle Villard, le style des statues (langes qui surmontant les petits contre-forts, ne peuvent laisser douter qu'elles n'aient etc achevees par Robert de Coucy, de 1220 a 1230. ll avait fallu plusieurs annees pour jeter les fondements de cet edifice. commence suivant un projet aussi robuste, d'autant plus que le sol sur lequel la cathedralc de Reims est assise n'est pas egal, et ne devient bon qu'a plusieurs metres alu-dessous du pave (de li a 7 metres, (Vaprcs quel- ques fouilles faites au pourtour). Il n'est {pas surprenant donc que ces cnormes constructions, quelle que fut Vactivite apporteea leur executioil, 11e fussent pas, en 1230, dest-a-dire dix-huit ans apres leur mise en train, Ülevees au-flossus des voutes basses. A la premiere vue, le rez-de-chaussec des pignons des deux transsepts' parait plus ancien que les (zhapelles du tzhmur; les fenctres basses sont sans meneanx et encadrees de prolils et ornements qui rappellent l'architecture de transition 5 "tandis que les fene- tres des chapelles du choeur sont deja pourvues de meneaux dont les formes, la disposition particuliere et l'appareil sont identiquement sembla- bles aux meneatlx des bas cotes de la nef de la catheclrale dütmiens, qui datent de Fannee 1230 environ. ltobert de Concy zivait bien pu amender lui-meme certains details de son projet, en meme temps qu'il adoptait les pans coupes pour ces chapelles au-dessus de la forme circulaire de leur soubassement. Quoi qu'il en soit, le maitre de l'oeuvre, en mourantou en abandonnant les constructions a des architectes plusjeunes, peut-etrc ilpres une interruption de quelques atnnees, avait laisse des projets dont Ses successeurs, maigre les reductions dont nous avons parle, se rappro- Cherent autant que possible. C'est ce qui donne a cet edilice un caractere (Yunite si remarquable, quoiqu'il ait fallu pres d'un siecle pour conduire le travail jusqu'aux voütes hautes. A Reims, plus que partout ailleurs, on Pespeeta la conception du premier maitre de Pieuvre. Aussi, lorsqu'on veut se l'aire une idec de ce que devait etre une catheclrale concile par un architecte du commencement du xurf siecle, de la plus belle epoque de l'art ogival, c'est a Iteims qu'il faut. aller. Et cependant combien ce grand monument ne subit-il pas de modifications importantes; et, tel que nous 18 Voyons ziujourtfhtii, Combien il est loin des projets de Robert de Coucy et meme de ce qu'il fut avant l'incendie de la (in du xvesiecle. Le plan de la cathedrale de lteims est simple (voy. lig. les chapelles Pilyonnantes du choeur sontlarges, profondes; la nef longue et depourvue de chapelles. Les coupes ct clevations des parties laterales de Pcdifice Päpondent a la simplicite du plan; les contre-forts et arcs-boutants sont 1 llest entendu (1110, pour lu pignon nord, no Nors lc nlilicu du xme sibule. 15 1 le Par; uns pas des deux portes percvius