2M l BHETECHE A) Des le x11" sieele, les bretcches ne furent pas seulement des Ouvrages d'architecture militaire ; les maisons de ville etaient garnies, sur la facade du cote de la place publique, d'une breteche de bois ou maconncric, sorte de balcon d'on l'on faisait les criees, oü on lisait les actes publics, les proclamations et condamnations judiciaires. On disait bretäquer pour proclamer. On voifencore a Fhotel de ville d'Arras les restes d'une 2 Il]; '51, c-Ifvk H f z 2 fa?! N? l f 7 af ' "FLÜ 1.701; fa W, - awfl. mm l: 1 ÄXX 15- af-f: m 4A v Lwfn. IJJI 11' '01 1h 1' Mu f" 4'" 1' 'l lll Eh), nfpugllfl 'r " MM Ffi"? - ijfiiv v? : n D. 115! Kffäh H Hi 2'. 522 K Inllnfäh:IU.II1II!ILHÄIW' Wvwwwwfwümäfwäxw i?! r? M" ffirqaooomo- 0m04; Mu; J: e! w la ffdwüliüwuofw ' ' Jiä, "'hJläUvfllnWlmlff;ÜÜÜHJQÜÜIÜJWGMHMN Qägütmlulnäfi) 0 x H 2'"wFääiifäüähbfnmfmf1mmMemmxmgggggwggglgiläyggäääw . JAÜQH " ÜÜffÜJmTIYÄJfIÄÜÜFWÄÜYJM 1j l: f? "L? Iqaihwyr; X MI" P-ÄITTÄ-fff 2'_ 1T'l XX 1x ifiw-jf-fiilä ä (Xi si f-zbfxab f X bretecho couverte qui etait posee en encorbelleinelü sur le milieu de la füqade. La breteche de Fhütel de ville de Luxeuil est encore entiere. Cette disposition fut adoptee dans tous les ediüces municipaux de FEurope. En Italie, ce sont des loges elevees au-dessus du sol au moyen d'un emmar- chement, comme au palais de Sienne, ou des portiques superieurs, Ou des balcons, comme au palais des doges de Venise. En Allemagne, non-seulement les ediüces publics sont garnis de breteches, mais les