BASTION 180 ainsi que l'indique la ügure 6 1, et allongerent leurs flancs; d'autres, au contraire, etendirent leurs faces pour proteger un front. Albert Dürer, dans son Art de fortifier les villes et citadelles 2, adopte un systeme de bas- tions qui merite (Petre etudie avec soin. Cet artiste, peintre et architecte, ne fut pas seulement un ingenieux theoricien, il presida a la construction d'une partie des defcnses de la ville de Nuremberg; et ces defenses sont, ÄfM LA w RX. XJI? K a X K pour Fepoque ou elles furent elevees, un travail tites-remarqtiable. On rloit menie supposer que son systeme eut une grande vogue dans une partie de FAIIemagne et de la Suisse au commencement du xvv siecle, car on trouve encore dans ces contrees (les restes nombreux de (lcfenses, qui rappellent les principes developpes par Albert Diirer dans son muvre, et nous citerons entre autresla forteresse de Sehaffhatlsen (voy. BOULEVARD). Pour renforcer et flanquer un front, Albert Dürer construit de larges et liants bastions avec batterie casematee au niveau du fond des fosses, et batterie clecouverte au sommet. Ces bastions presentent un enorme cube de maconnerie; il les isole des remparts ou les yreunitä la gorge. Le plan de son bastion est un arc de cercle ayant pour base un parallelogramme. Nous tragons (fig. 7) ce plan au niveau du fond du fosse. Du terre-plein A au niveau du sol de la ville, il communique a la batterie casematee B par un ou deux escaliers C. Les deux escaliers D communiquent du terre-plein A a la batterie superieure et aux batteries inferieures. La figure 8 donne le plan du bastion sous le sol de la batterie superieure, et la figure 9 le plan de cette batterie. La construction se compose de murs concentriques eperon- nes et relies par des murs rayonnants ou paralleles dans la partie rectangle du bastion, de maniere a former un grillage terrasse presentant une grande 1 Angle est de la ville de Huy, sur la Meuse (Inlrod. {Un fortzfcz, par de Fer, Paris, 1722). 2 Albüffi Durerz", pict. rat archit. prfestantzkszävzi, de urb. arcfb. castelhlvque conden- flfiv. Rffü, nunf a-enem f? Iingua germanim in lntinam traductw. Parisiis, 1535.