AUTEL eleve au centre, etait couvert de panneaux de bois peint representant la Passion, qui, en s'ouvrant comme des volets, laissaientvoir des bas-reliefs d'argent executes de 4h85 a 1h93. Six colonnes de cuivre, dont les füts etaient ornes de statuettes de saints, posees des deux cotes de l'autel, portaient six au ges vetus de chapes et tenant les instruments de la passion. Des voiles glissant sur _les tringles qui reunissaient les trois colonnes, de chaque cote, fermaient le sanctuaire. Ces voiles furent conserves Jusqu'en 1671.. Les colonnes avaient eue donnees par un chanoine d'Amiens, Jehan Leelere, en 15H Un lustre d'argent 51 trois branches etaitsuspendu devant l'autel. Trois grands chandeliers de cuivre ctaient en outre places dans le sanctuaire. Un dais en forme de carre long, couvert d'une etoffe de soie semee de fleurs de lis d'or, etait suspendu a la voüte immediatement au-dessus de la table de l'autel. Aux deux angles posterieurs de l'autel, aux extremites du retable, etaientplantees, sur le dallage, deux colonnes de cuivre en forme d'arbres charges de fleurs et de fruits. Les corolles des Heurs portaient des cierges qu'on allumait aux jours de fete devant les chasses des saints. Quant a la suspension du saint sacrement, elle avait etc refaite pendant les xvnc et xvme siecles. Il n'est pas fait mention, dans les registres capitulaires d'on sont tires ces renseignements, de la clolure qui, comme a la sainte Chapelle de Paris, fermait le rond-pointderriere l'autel; mais il y a tout lieu de croire que cette cloture double, voütee, formait une galerie elevee sur laquelle etaient exposees les chasses qui, a la ca- thedrale d'Amiens, ctaient nombreuses et d'une grande richesse. Derriere le maitre autel, au fond du rond-point, s'elevait le petit autel de retro; il etait decore d'un groupe de statues representantle Christ mis au tom- beau, execute en 111811. Pour clore dignement ce choeur, des tombes d'eveques surmontees d'arcatures ajour, terminees par des pignons et clochetons, etaient dis- posees entre les piles du rond-point. Ce fut seulement en 1755 que tout le sanctuaire de 1a cathedrale fut bouleverse pour faire place a des images de platre et a des rayons de bois dore, avec grosses Cassolettes, draperies Chilfonnees, gros anges effarouclies egalement de platre. Il ne parait pas que jusqu'au xv" siecle il fut d'usage dans le nord de la France de lalacer des statues de saints, et a plus forte raison le Christ 011 la sainte Vierge, sur le devant des autels, au-dessous de la table 1. En admettant qu'il n'y eut pas la une question de convenance, les nappes ' Nous disons u dans le nord n, parce qu'il existe dans la cathedrale de Marseille un autel du xnc sieele dont le devant est decore d'une figure de la sainte Vierge et de deux figures (Pevüques en bas-relief; mais Marseille ne faisait point alors partie de la France. On voit encore dans Feglise tFAvenas un autel sur la face duquel sont sculptcs le Christ, les quatre evangelistes et les douze apütres. Cet autel est Iidelement reproduit dans llflrchzlfccture du ve au xvue siäcle, de M. Gailhabaud. Nous ne pretendons pas d'ailleurs affirmer qu'il n'y ait pas eu eu France de devants d'autel crues de figures de saints 011 de personnages divins, car les exemples (Foutels anciens sont trop rares pour que l'on Puisse rien affirmer ä cet ägard.